1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. ÉDITO - Inflation : la rentrée de tous les dangers pour le gouvernement
2 min de lecture

ÉDITO - Inflation : la rentrée de tous les dangers pour le gouvernement

Entre la situation climatique et l'inflation, c'est une rentrée compliquée pour le gouvernement qui a un enjeu : tout faire pour éviter d'aller droit dans le mur.

Élisabeth Borne, le 4 juillet 2022, à l'Élysée
Élisabeth Borne, le 4 juillet 2022, à l'Élysée
Crédit : LUDOVIC MARIN / AFP
ÉDITO - Inflation : la rentrée de tous les dangers pour le gouvernement
00:02:40
L'invité de RTL - Alba Ventura
Alba Ventura - édité par William Vuillez

C'est une rentrée compliquée pour le gouvernement. On a vécu l'été de tous les dangers entre les ravages climatiques et l'inflation. C'est un peu : jusqu'ici tout va mal. L'été a été meurtrier, prix de l'énergie qui flambent, les entreprises se plaignent de surcoût massif, des incendies dramatiques, la sécheresse, le cri d'alarme des agriculteurs et tout ça pèse fortement sur la vie des Français

Sans compter Jean-Luc Mélenchon qui, après avoir promis un troisième tour, en promet un quatrième. Et tout ça a d'ailleurs été résumé par la formule dramatique du président de la République sur "la fin de l'abondance et l'insouciance". Pour des millions de Français, ça fait longtemps que l'abondance est terminée

L'un des enjeux du gouvernement, c'est de tout faire pour éviter d'aller droit dans le mur. C'est d'ailleurs sa démonstration en cette rentrée : nous, on se bat pour les Français. On a eu droit à un défilé du gouvernement dans les médias ces derniers jours. Il y a eu Bruno Le Maire dans le journal Sud-Ouest, avec son objectif de soulager le porte-monnaie. Il y a eu Olivier Véran, qui s'est même mis en scène dans un supermarché pour illustrer le combat pour ceux qui ont du mal à boucler les fins de mois. 

La Première ministre aussi, Élisabeth Borne à la Une du Parisien dimanche. Gabriel Attal au Grand Jury sur RTL, Combien de fois a-t-il prononcé le mot "protéger" ? "On ne vous laissera pas tomber", dit-il. Comme pour la crise sanitaire, c'est le même scénario : "On vous protège".

Cela va-t-il suffire?

À écouter aussi

Si on regarde les faits, nous sommes le pays où l'inflation a été l'une des plus faibles. Il y a la Suisse, il y a Malte et puis il y a nous : 6,8%. Au Royaume-Uni, c'est 18%. Nous sommes le pays où l'inflation a pesé le moins sur les épaules des plus faibles. Dans la plupart des pays, les plus modestes payent cash le prix de l'inflation, selon le FMI.

La loi pouvoir d'achat, c'est quand même au total deux fois 25 milliards. Mais c'est toujours le ressenti qui l'emporte. Dans les sondages, on voit bien les préoccupations des Français : en un l'inflation, en deux le réchauffement climatique, en trois les inégalités. Le thermomètre économique n'est pas si mauvais, mais le ressenti, c'est ce que les Français expriment. 

Les Français se perçoivent dans une société plus inégalitaire qu'elle ne l'est, moins protectrice, alors qu'il existe des filets de sécurité qui n'existent pas ailleurs. Le ressenti, c'est une donnée majeure et c'est tout le problème d'Emmanuel Macron, l'équation qu'il doit résoudre, lui qui a toujours préféré le rationnel au ressenti.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.