3 min de lecture Christiane Taubira

Écoutes de Sarkozy : la semaine compliquée de Christiane Taubira

VIDÉOS - La ministre de la Justice a été rattrapée par l'affaire Sarkozy. Accusée de mensonge par le droite, qui a demandé sa démission, la garde des Sceaux affronte une véritable tempête.

La garde des Sceaux Christiane Taubira a affirmé mercredi qu'elle n'avait pas informé le président François Hollande de l'existence d'écoutes judiciaires visant l'ancien président Nicolas Sarkozy
La garde des Sceaux Christiane Taubira a affirmé mercredi qu'elle n'avait pas informé le président François Hollande de l'existence d'écoutes judiciaires visant l'ancien président Nicolas Sarkozy Crédit : AFP / Alain Jocard
Raphaël Bosse-Platière
Raphaël Bosse-Platière
Journaliste RTL

Christiane Taubira a été au coeur du feuilleton politique de la semaine. Après les révélations du journal Le Monde, le 7 mars dernier, au sujet de la mise sur écoute de Nicolas Sakozy, la ministre de la Justice a été accusée d'être au courant de cette pratique.

Après un démenti fortement remis en cause, la garde des Sceaux a reconnu une erreur. Mais si elle sort affaiblie de cette semaine, Christiane Taubira ne devrait pas s'inquiéter quant à sa place au sein du gouvernement.

Lundi 10 mars

Christiane Taubira était l'invitée du journal télévisé de 20h sur TF1. Affirmant qu'elle "n'avait pas l'information" selon laquelle des juges ont placé l'ancien président sur écoute, elle a rappelé que "les juges du Siège sont indépendants de la Chancellerie." Elle a également assuré qu'elle ignorait si Manuel Valls était au courant de ces pratiques, que policiers exécutaient pour des juges. Elle n'a eu "absolument aucun échange" avec son collègue de la place Bauveau.

Mardi 11 mars

À lire aussi
Christiane Taubira à l'Assemblée nationale élections européennes
Européennes : Christiane Taubira soutient Raphaël Glucksmann

Le Canard Enchaîné, qui publiait son journal le lendemain, a affirmé mardi que Christiane Taubira et Manuel Valls étaient au courant des écoutes de Nicolas Sarkozy. D'après l'hebdomadaire, le parquet aurait transmis "un résumé du déroulé de l'enquête Sarkozy" et une synthèse des écoutes à la ministre de la Justice le 26 février dernier, le jour de l'ouverture de l'information judiciaire pour trafic d'influence contre Nicolas Sarkozy.

Le soir-même, Jean-Marc Ayrault était l'invité de David Pujadas sur France 2. Le Premier ministre a expliqué que "deux juges d'instruction travaillent en toute indépendance" sur cette affaire. "Ils n'ont pas de compte à rendre", selon lui. Il a également affirmé que "la garde des Sceaux pas plus que moi-même ne sommes au courant de ces écoutes téléphoniques."

La rédaction vous recommande

Mercredi 12 mars

Tout juste sortie de l'affaire Copé, et embarrassée par un nouveau caillou dans la chaussure de Nicolas Sarkozy, la droite saute sur l'occasion pour se refaire une santé, à deux semaines des municipales. Alors que Jean-François Copé demande la démission de Christiane Taubira, Nadine Morano n'hésite pas à comparer la ministre à Jérôme Cahuzac, qui avait nié "les yeux dans les yeux" l'existence d'un compte en Suisse.

Manuel Valls déclare, lui, sur RTL qu'il avait appris par voie de presse que l'ex-chef de l’État avait été placé sur écoute.

La rédaction vous recommande
>
VIDÉO - Écoutes de Nicolas Sarkozy : Manuel Valls défend le gouvernement Crédit Image : RTL.fr | Crédit Média : RTL.fr | Date :

Jeudi 13 mars

Les écologistes, d'ordinaire plus prompts à critiquer le gouvernement, volent au secours de Christiane Taubira. Emmanuelle Cosse, la patronne d'Europe Ecologie-Les Verts s'est déclarée "solidaire" de la ministre, tandis que Cécile Duflot a dénoncé les "méthodes de voyous" de Jean-François Copé, qui réclamait le départ de la garde des Sceaux.

Cette dernière a toutefois reconnu qu'elle a pu "se tromper de dates" au sujet du moment où elle a appris que Nicolas Sarkozy avait été placé sur écoute. "Oui j'admets que je me suis trompé de date", a-t-elle déclaré sur le plateau du Grand Journal de Canal +.

La rédaction vous recommande
>
VIDÉO - Affaire Sarkozy : "Oui, je me suis trompée de dates" reconnaît Taubira Crédit Image : RTL.fr | Crédit Média : RTL.fr | Date :

Vendredi 14 mars

Les demandes de démission de l'UMP sont balayées d'un revers de main par la gauche. Décrite comme "une grande ministre de la Justice" par Najat Vallaud-Belkacem, Christiane Taubira "donne de la fougue à la politique", a estimé Claude Bartolone sur RTL vendredi.

La ministre sort fragilisée de cette semaine agitée, mais son poste au sein du gouvernement n'a pas été remis en cause.

La rédaction vous recommande
>
VIDÉO - Le rôle de Taubira est d'essayer de "réenchanter le pays" Crédit Image : RTL.fr | Crédit Média : RTL.fr | Date :
La rédaction vous recommande
Lire la suite
Christiane Taubira Claude Bartolone Manuel Valls
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7770478383
Écoutes de Sarkozy : la semaine compliquée de Christiane Taubira
Écoutes de Sarkozy : la semaine compliquée de Christiane Taubira
VIDÉOS - La ministre de la Justice a été rattrapée par l'affaire Sarkozy. Accusée de mensonge par le droite, qui a demandé sa démission, la garde des Sceaux affronte une véritable tempête.
https://www.rtl.fr/actu/politique/ecoutes-de-sarkozy-la-semaine-compliquee-de-christiane-taubira-7770478383
2014-03-15 17:35:01
https://cdn-media.rtl.fr/cache/AzEOgS-8tCuthnY8Zg6zig/330v220-2/online/image/2014/0312/7770381143_la-garde-des-sceaux-christiane-taubira-a-affirme-mercredi-qu-elle-n-avait-pas-informe-le-president-francois-hollande-de-l-existence-d-ecoutes-judiciaires-visant-l-ancien-president-nicolas-sarkozy.jpg