3 min de lecture Environnement

Écologie : "Pour convaincre, le président doit mobiliser" dit Mazerolle

Emmanuel Macron vient de passer deux journées au pied du Mont-Blanc, où il a constaté le recul spectaculaire de la Mer de Glace et présidé un Conseil de de défense écologique avec plusieurs mesures annoncées. Mais le chef de l'État a-t-il vraiment engagé le combat pour l'écologie ?

oeil monde - L'oeil de... Natacha Polony & Andréa Bescond & Philippe Caverivière & Olivier Mazerolle iTunes RSS
>
Écologie : "Pour convaincre, le président doit mobiliser" dit Mazerolle Crédit Image : Ludovic Marin / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Mazerolle-795x530
Olivier Mazerolle Journaliste RTL

Il dit que c'est le "combat du siècle". Il y a quinze ans, Chirac disait "la maison brûle". Il y a deux ans, Emmanuel Macron avait déjà dit "Make our planet great again". À l'époque, la France avait été fière du coq gaulois qui mouchait Donald Trump au moment où celui-ci désertait l'accord de Paris sur le climat.

On est donc habitués aux grandes déclarations solennelles, un peu blasés quand même. La question, puisque c'est le "combat du siècle", c'est que fait-on ? Des mesures ont été annoncées, notamment sur le vélo, le covoiturage, les bandes électriques, la création de nouveaux parcs naturels pour préserver la forêt...

Des choses sont faites mais c'est un peu "business as usual". Encore une fois puisque c'est le "combat du siècle", il faut inventer une nouvelle manière de vivreEmmanuel Macron a raison. Mais respecter l'écologie, cela veut dire changer les habitudes, consommer différemment, ne plus gaspiller. Le contraire de ce à quoi nous avons été habitués depuis une soixantaine d'années. Cela suppose des contraintes.

Le président doit mobiliser, entraîner avec lui

Olivier Mazerolle
Partager la citation

Pour convaincre un peuple de se lancer dans la bataille, le président doit mobiliser, entraîner avec lui. Pour y parvenir il faut trouver des mots qui donnent envie. Mais il ne trouve seulement à dire qu'il va remettre l'écologie au centre. Avec comme de tête de chapitre produire, se déplacer, se nourrir, se loger. C'est un langage de technicien. Le constat n'est pas faux mais il est aussi attirant qu’un jour au pain sec.

À lire aussi
Une tortue Luth, pondant des œufs sous la supervision de membres de l'association Kwata sur une plage de Remire-Montjoly, en Guyane française. animaux
Biodiversité : un tiers des espèces en voie d'extinction d'ici 50 ans

Dans l’immédiat, les écologistes restent les porte-drapeaux de la cause. Ils espèrent tirer bénéfice aux municipales de l’engouement pour l’environnement. Ils ont obtenu un bon score aux européennes. Mais ce sont des spécialistes du gâchis, des combats idéologiques parfois sectaires qui découragent les mieux disposés.

Yannick Jadot, qui dirigeait la liste, veut jouer l’ouverture. Il n’est pas loin de l’attitude de Daniel Cohn-Bendit qui disait il y a une dizaine d’années, après un succès encore plus éclatant : "Welcome, bienvenue à tous ceux qui veulent embrasser la cause écologique. Et peu importe qu’ils viennent de la gauche ou de la droite. L’essentiel est qu’ils soient convertis."

Il y a mieux que les coups de bâtons pour séduire

Olivier Mazerolle
Partager la citation

Mais les gardiens du temple écolo veillent. Pour eux, parce qu’elle suppose un rejet de la société de consommation, l’écologie ne peut se marier qu’avec la gauche. Pas d’épousailles possibles avec les païens de la droite, ni même du centre. Ils mobilisent les plus convaincus. Mais ils réduisent l’importance du corps électoral potentiel.

L’écolo suppose un abandon de la surconsommation, c’est vrai. Mais il y a mieux que les coups de bâtons pour séduire. Les Verts en Allemagne, le parti écologiste le plus puissant d’Europe, l’ont bien compris. Ils sont aux portes du pouvoir au niveau national et très présents sur le plan régional.

Ils dirigent par exemple depuis 9 ans la région du Bade Wurtemberg qui est, tenez-vous bien, le fief de l’industrie automobile allemande. Industrie et écologie font bon ménage pour la plus grande satisfaction des électeurs qui y trouvent leur compte. L’évolution du style de vie y est suffisamment progressif pour que tout le monde l’accepte et suffisamment rapide pour remplir un cahier des charges écolo dynamique.

En France, c’est cet équilibre qu’il faut rechercher. Avec les écolos, ou Emmanuel Macron, ou toute autre formation politique qui trouvera la juste mesure à la fois mobilisatrice et efficace pour gagner le combat du siècle.  

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Environnement Écologie Emmanuel Macron
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants