2 min de lecture Coronavirus

Déconfinement : collèges, transports, RSA... Comment les départements se préparent

INVITÉ RTL - Dominique Bussereau, le président de l'Assemblée des départements de France, a rencontré l’exécutif pour évoquer l'après 11 mai.

RTL Soir On Refait le monde - Sotto RTL Soir Thomas Sotto iTunes RSS
>
Déconfinement : collèges, transports, RSA... Comment les départements se préparent Crédit Image : NICOLAS TUCAT / AFP | Crédit Média : Stéphane Carpentier | Durée : | Date : La page de l'émission

Tout va-t-il repartir comme avant le 11 mai prochain ? Les collectivités territoriales se préparent au grand redémarrage et c'est pour anticiper aux mieux les besoins et possibilités de chacun que l'exécutif consultent les régions, les maries et les départements. Dominique Bussereau, le président de l'Assemblée des départements français a rencontré le Premier ministre avec d'autres responsables pour imaginer l'après 11 mai 2020.

Il n'imagine pas un retour à la normale instantané. "D'après le sondage du Figaro, les 2/3 des familles ne veulent pas renvoyer leurs enfants à l'école. Il faudra voir en fonction des régions. En Charente-Maritime [dont il est élu], nous avons été beaucoup moins touché que dans le Grand Est, les Hauts de France ou l'Île-de-France", note le président de l'Assemblée des départements de France. De là à ce que ce message passe auprès du gouvernement ? "J'ai l'impression que ce message passe bien. (...) On avait à un moment parlé de différenciation selon les régions, mais c'est absurde. Il faut faire de l'adaptation intelligente et surtout éviter une nouvelle pandémie créée par des gestes d'imprudence."

Les collèges sont au cœur des compétences des départements. Vont-ils rouvrir ? "Oui, répond Dominique Busserau, mais il y a un certain nombre de conditions : il faut que les enfants viennent, les professeurs pour les accueillir, (...) il faut une parfaite désinfection tous les jours avec un nettoyage plus poussé qu’auparavant, il faut aussi que le personnel de restauration soit là. Il faudra aussi éviter les bousculades et avoir des comportements civiques".

Masques obligatoires dans les transports

Reste la question du port du masque par les collégiens par exemple ou des transports scolaires. "On arrivera dans un système où l'Education nationale fournira des masques alternatifs à ses personnels, les collectivités fourniront les personnels techniques et de la restauration et, comme beaucoup de collectivités font fabriquer des millions de masques, on peut penser qu'elles les fourniront aux élèves. Pour les transports scolaires, il faut les mêmes règles que dans les transports publics, avec un port du masque obligatoire", note-t-il.

À lire aussi
Une piscine (illustration) coronavirus
Les infos de 6h - Déconfinement : pourquoi la réouverture des piscines est complexe


L'ancien ministre des Transports a d'ailleurs réagi aux questions liées au transport en général après le déconfinement. "[Le port de masque] est obligatoire, parce que toutes les mesures de distanciation - 1 siège sur 2 dans le TGV, les trains ou les transports publics - c'est pas tenable. Un avion de type EasyJet, Ryanair ou Air France, il faut 70% de remplissage pour qu'ils soient rentables. Pareil avec le TGV (...) la SNCF continuerait alors de perdre de l'argent. La seule solution, c'est les masques, à condition que chacun en ait et qu'on puisse en trouver", rappelait Dominique Busserau au micro de RTL.

Quels moyens pour les départements ?

Les départements ont aussi en charge une partie de la protection sociale des habitants, un filet de sécurité qui va être mis à l'épreuve dans les prochains mois. "L'année prochaine, ça va être compliqué. L'une des ressources principales des départements sont les droits de mutation - ce que vous payez à votre notaire quand vous achetez un appartement ou un maison - et ils font diminuer considérablement. Le nombre de chômeurs va considérablement augmenter, beaucoup d'hommes et de femmes vont arriver au RSA, donc nous avons demandé au gouvernement de pouvoir retravailler avec l'Etat sur nos ressources financières pour pouvoir être dans la relance dans être handicapé par une absence de moyens".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coronavirus Confinement Santé
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants