2 min de lecture La République En Marche

De Rugy, candidat à la présidence LaREM à l'Assemblée, un an après le "homard gate"

L'ancien ministre de l'Écologie François de Rugy a confirmé avoir "décidé de proposer" sa "candidature à la présidence du groupe", après "avoir été sollicité par de nombreux collègues".

François de Rugy, en mai 2019
François de Rugy, en mai 2019 Crédit : Ludovic MARIN / POOL / AFP
Marie-Pierre Haddad
Marie-Pierre Haddad
Journaliste RTL

Un retour remarqué. Alors que Gilles Le Gendre a annoncé son départ de la présidence du groupe LaREM à l'Assemblée, François de Rugy, lui, a officialisé sa candidature pour le poste.

"Depuis septembre dernier, immergé au sein du groupe, j'ai observé, écouté, échangé avec vous toutes et vous tous. J'ai réfléchi à l'amélioration de notre fonctionnement, notamment avec le gouvernement (…) Ayant été sollicité par de nombreux collègues, j'ai décidé de proposer ma candidature à la présidence du groupe", écrit le député de la majorité au groupe, comme le rapporte Le Figaro

Hasard du calendrier, François de Rugy a officialisé sa candidature le 16 juillet 2020, soit tout juste un an après avoir démissionné du gouvernement. Quelques jours avant, Mediapart avait dévoilé des informations concernant son train de vie supposément fastueux, à l'époque où il était président de l'Assemblée nationale.

L'affaire des homards

L'enquête du secrétaire général du Palais Bourbon avait conclut qu'il n'a commis "aucune irrégularité". Cependant, le rapport épinglait toutefois trois dîners familiaux ou amicaux qu'il a remboursés. François de Rugy était accusé d'avoir organisé des dîners lorsqu'il présidait l'Assemblée nationale entre 2017 et 2018. Au menu : des homards, du champagne et des grands crus issus des caves de l'Assemblée. À plusieurs reprises, l'ancien ministre a fermement nié avoir commis une faute. En septembre 2019, il confiait avoir été "un peu la victime expiatoire des 'gilets jaunes'", sur France 3. 

Écolo, ancien ministre et ancien président de l'Assemblée

À lire aussi
La député Laetitia Avia, le 16 février 2020, à Paris justice
Racisme : prison avec sursis pour un ex-élu de Béziers qui avait insulté Laetitia Avia

Depuis, celui qui avait été candidat à la primaire de la gauche en 2016 avait retrouvé les bancs de l'Assemblée nationale en tant que député de Loire-Atlantique. Dès le déconfinement, il n'hésitait plus à afficher sa nouvelle ambition : la présidence du groupe La République En Marche. "Si j'étais président de groupe...", lâchait-il à la buvette de l'Assemblée, selon L'Express. L'opération semble avoir convaincu certains élus : "François de Rugy écoute nos problèmes et propose des solutions", racontait une députée.

L'ancien ministre coche certains cases, selon certains : il a une fibre écologiste, il a officié dans un gouvernement et sans oublier qu'il a présidé l'Assemblée nationale de juin 2017 à septembre 2018. Et point non-négligeable pour un député, ajoute L'Express : "Il n'est pas parisien". Un élément qui sonne comme un avantage, au moment où le premier ministre Jean Castex renforce son image d'homme des territoires. Mais "est-ce que les Français comprendraient qu’il devienne président de groupe ?", tempère un autre député. 

Une chose est sûre, en annonçant sa candidature seulement douze heures après l'annonce du départ de Gilles Le Gendre, François de Rugy cherche à marquer le terrain avant l'arrivée de possibles autres candidats comme Christophe Castaner, cité parmi les hypothétiques candidats à la présidence du groupe La République En Marche à l'Assemblée.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
La République En Marche François De Rugy Assemblée nationale
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants