1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Darmanin affirme sa "confiance" à Lallement après des rumeurs d'éviction
1 min de lecture

Darmanin affirme sa "confiance" à Lallement après des rumeurs d'éviction

Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin a renouvelé mardi 21 juillet sa "confiance" à Didier Lallement, en réponse aux rumeurs d'éviction concernant le préfet de police de Paris.

Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin a affirmé ce mardi sa "confiance" au préfet de police de Paris Didier Lallement
Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin a affirmé ce mardi sa "confiance" au préfet de police de Paris Didier Lallement
Crédit : Thibault Camus / POOL / AFP
La rédaction numérique de RTL & AFP

Ce mardi 21 juillet, le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin a tenu à affirmer "toute sa confiance" au préfet de police de Paris, Didier Lallement. "Il n'a pas été envisagé un changement du poste de préfet de Paris", a indiqué à l'AFP le locataire de Beauvau, ajoutant qu'il n'y avait "aucune difficulté" avec lui.

Ce mardi, les rumeurs sur une éviction de Didier Lallement se sont multipliées après la publication de deux articles, l'un dans le Canard enchaîné et l'autre dans Le Point, indiquant que le préfet était sur la sellette.

Le haut-fonctionnaire de 63 ans s'est forgé une réputation d'homme à poigne depuis sa prise de fonction à la préfecture de police de Paris en mars 2019, en remplacement de Michel Delpuech.

Des controverses liées à sa gestion

Sa gestion du maintien de l'ordre à Paris, et des accusations de violences policières ont engendré de nombreuses critiques dans l'opposition, notamment à gauche. L'homme est régulièrement la cible de "gilets jaunes" sur les réseaux sociaux.

À lire aussi

Depuis sa nomination, Didier Lallement a fait face à plusieurs polémiques et controverses, comme la mort par asphyxie de Cédric Chouviat, en janvier 2020, à l'issue d'un banal contrôle de police. Trois policiers sont actuellement mis en examen pour "homicide involontaire" dans cette affaire.

Le préfet de police a également provoqué l'indignation pendant le confinement, en tenant des propos jugés déplacés. "Ceux qu'on trouve dans les réanimations désormais aujourd'hui, ce sont ceux qui au début du confinement, ne l'ont pas respecté", avait-il alors déclaré.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/