1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Coronavirus : Jean Castex espère "sortir de la crise à l'été prochain"
2 min de lecture

Coronavirus : Jean Castex espère "sortir de la crise à l'été prochain"

Le Premier Ministre espère sortir de la crise d'ici à l'été prochain. Il a dévoilé lors d'une conférence de presse comment le gouvernement comptait y parvenir, notamment à travers la vaccination.

Le Premier ministre Jean Castex lors du point presse du 7 janvier 2021
Le Premier ministre Jean Castex lors du point presse du 7 janvier 2021
Crédit : AFP
Pierre Griner

Lors de la conférence de presse du 7 janvier, le Premier Ministre Jean Castex a détaillé la stratégie gouvernementale dans la gestion de la crise sanitaire. Il a ainsi donné un peu plus de visibilité en ce qui concerne les vaccins, le variant britannique ou encore les réouvertures des salles de spectacles, de sport, des bars et des restaurants.

Comme objectif pour un retour à la normal, le Premier Ministre a annoncé espérer "sortir de la crise à l'échéance de l'été prochain", avant de poursuivre : "Une phase nouvelle de la lutte contre la pandémie s'est ouverte et je ne doute pas de notre succès collectif".

Pour y parvenir, Jean Castex a dévoilé quelques mesures prises à ce jour par le gouvernement, qui n'exclut d'ailleurs pas d'en adopter de nouvelles, selon l'évolution de la situation sanitaire.

Pas de réouvertures en janvier

Dans l'immédiat, c'est le couvre-feu à 18h qui pourrait être étendu à dix nouveaux départements à partir de dimanche prochain, le 10 janvier, après études des chiffres épidémiologiques et discussion avec les préfets concernés.

À lire aussi

Toujours dans les mesures à court terme, la réouverture des restaurants et des bars ne se fera pas avant février "a minima" a indiqué le chef du gouvernement. Pour les remontées mécaniques des stations de ski, un nouveau point est prévu le 20 janvier.

La vaccination, atout sur le long terme

Pour la vision à plus long terme, c'est évidemment la campagne de vaccination qui a été à l'étude. Ainsi, le Premier Ministre a annoncé que, dès le 18 janvier, les Français de plus de 75 ans pourraient se faire vacciner.

Face aux critiques concernant la lenteur de la campagne de vaccination, le ministre de la Santé, Olivier Véran, a indiqué que des centres de vaccinations allaient être déployés sur tout le territoire national. Au nombre de 100 aujourd'hui, soit un par département, ils devraient être 600 d'ici à la fin du mois de janvier.

Olivier Véran a enfin annoncé que si nécessaire, la deuxième dose du vaccin Pfizer/BioNTech pourrait être injectée jusqu'à six semaines après la première au lieu de trois, conformément à un avis publié par l'Agence du Médicament. Ce délai, conjugué à une stratégie de flux tendus, devrait permettre de réaliser un plus grand nombre de premières injections, offrant à un plus grand nombre un début d'immunité. La France est censée recevoir chaque semaine un demi-million de doses de ce vaccin.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/