1. Accueil
  2. Actu
  3. Bien-être
  4. Coronavirus : y aura-t-il suffisamment de doses de vaccins ?
3 min de lecture

Coronavirus : y aura-t-il suffisamment de doses de vaccins ?

ÉDITO - Les industriels du secteur pharmaceutique jugent la pénurie inévitable. Au premier semestre 2021, seuls 2 à 3 millions de Français pourraient être vaccinés, très loin d'une immunité collective.

Un vaccin contre le coronavirus (illustration)
Un vaccin contre le coronavirus (illustration)
Crédit : Robyn Beck / AFP
Coronavirus : y aura-t-il suffisamment de doses de vaccins ?
03:44
Coronavirus : y aura-t-il suffisamment de doses de vaccins ?
03:44
Saison 2 - 9. Coronavirus : le point sur la course aux vaccins
13:22
François Lenglet - édité par Victor Goury-Laffont

Jean Castex a annoncé, ce mercredi 16 décembre, que les premières vaccinations contre la Covid-19 auraient lieu pour fin décembre, avec une montée en charge progressive. La question de la quantité de vaccins disponibles se pose cependant.

Selon les industriels de la pharmacie, il n’y aura pas, en Europe continentale et en particulier en France, suffisamment de doses vaccinales au premier semestre 2021. Pour la France, compte tenu de la pénurie qui se profile, il est estimé que deux à trois millions de personnes seront vaccinées avec les deux doses nécessaires sur cette période. Pour avoir l’immunité collective, il faudra vacciner 45 millions de Français au moins, un objectif qui ne sera probablement pas atteint en 2021.
 
Comment expliquer une telle situation ? Peu de laboratoires disposent à ce jour d’un vaccin autorisé ou sur le point de l’être. Il existe aussi des incertitudes liées au processus d'industrialisation d'un produit qui demande des conditions très particulières pour être transporté, nécessitant une température très froide pour être stabilisé. 

Un manque d'investissement français et européen

Il manque en particulier le produit du français Sanofi, dont la sortie a été décalée au dernier trimestre de 2021. Autre facteur : il y a eu une mobilisation insuffisante, ou trop tardive, des gouvernements en Europe continentale, France comprise. En Occident, il n’y a guère que les gouvernements américain et britannique qui ont eu cette détermination. 

Donald Trump, en particulier, a mis plus de 10 milliards de dollars sur la table pour la vaccination. Une entreprise comme Moderna, dont le vaccin est sur le point d'être approuvé, a reçu deux milliards de dollars quasiment immédiatement, alors qu'elle n'existe que depuis une dizaine d'années. 

À lire aussi

Rien de tel en France ni en Europe, où l'approvisionnement n'a été cherché que tardivement, et qui ne seront pas servis les premiers. Un retard à l'allumage dont les effets vont être renforcés par la pénurie.

Sanofi, trop prudent ?

Pour Sanofi, le retard du processus a été provoqué par une immunité insuffisante pour les personnes âgées. Cela va nécessiter un nouveau dosage, avec de nouveaux essais qui ne débuteront qu'en février. Le vaccin ne sera prêt qu'entre octobre et décembre 2021.
 
Les Français ont pris la voie technologique classique, dite de la protéine recombinante, choisie car très bien connue et parce que l'industrialisation des produits est ainsi maîtrisée. Il n'y a pas, en particulier, de nécessité de stabiliser le vaccin à moins 70 degrés. 

Moderna et Pfizer, en revanche, ont pris une route innovante qui n'avait pas encore été expérimentée. C'est celle de l'ARN messager, où le vaccin, au lieu de fournir la protéine au corps humain, lui envoie un message pour qu'il la fabrique lui-même. Une voie qui semble donner d'excellents résultats. 

Chez Sanofi, on avait bien cette technologie dans le viseur, mais on pensait qu'elle serait impraticable à court terme. Moderna, qui travaillait depuis dix ans sur le sujet, a réussi à concevoir le vaccin dès la mi-mars, en quelques jours seulement, à partir de la séquence génétique du virus transmise par les Chinois. Une rupture technologique majeure, qui pourrait déboucher sur de nouveaux traitements, non seulement pour les maladies virales, mais pour les cancers. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/