1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Coronavirus et télétravail : l'exécutif, qui craint un relâchement, veut renforcer les contrôles
2 min de lecture

Coronavirus et télétravail : l'exécutif, qui craint un relâchement, veut renforcer les contrôles

ÉCLAIRAGE - Élisabeth Borne demande aux entreprises de renforcer le recours au télétravail, pratique en baisse "significative" dans certains secteurs.

La ministre du Travail Elisabeth Borne en mai 2020 à Paris
La ministre du Travail Elisabeth Borne en mai 2020 à Paris
Crédit : Thomas SAMSON / POOL / AFP
Marie-Pierre Haddad

"Le confinement n'est pas une fatalité", selon le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal. L'exécutif continue d'appeler à la responsabilité des Français afin d'éviter tout renforcement de l'épidémie de coronavirus au sein de l'Hexagone et donc un reconfinement

Suivant les chiffres et l'évolution de l'épidémie "comme du lait sur le feu", comme l'a indiqué le secrétaire d'État au Tourisme Jean-Baptiste Lemoyne, l'exécutif craint un relâchement de la vigilance dû à une lassitude. 

C'est pourquoi Jean Castex devrait annoncer, ce jeudi 4 février, un renforcement des contrôles concernant le couvre-feu à 18 heures. Un coup de pression qui devrait aussi concerner les entreprises. Le recours au télétravail a "reculé depuis novembre", a indiqué Gabriel Attal.. "Or un recours au télétravail plus effectif est absolument central dans la mobilisation pour freiner l'épidémie", a plaidé le porte-parole du gouvernement.

Une érosion du recours au télétravail

La ministre du Travail Élisabeth Borne continue d'insister sur le fait que le télétravail "doit être la règle pour l'ensemble des activités qui le permettent". Pour rappel, un retour en présentiel n'est possible qu'un jour par semaine pour les salariés qui en expriment le besoin, comme il l'a été établi dans le protocole sanitaire national. 

À lire aussi

Dans les faits, la situation est tout autre. Une enquête Harris Interactive démontre que parmi les actifs pouvant télétravailler facilement, 36% n'ont pas télétravaillé la semaine du 18 au 24 janvier, contre 30% la semaine du 2 au 8 novembre. 

Quant à la part de ceux télétravaillant à 100%, elle est passée de 45% en novembre et à 30% en janvier. Selon le ministère, il s'agit par exemple des secteurs banque-assurance, information-communication, audiovisuel, activités juridiques et comptables. 

Des sanctions prévues en cas de non-respect

La ministre du Travail dresse ainsi le constat que "certains secteurs ont connu une baisse particulièrement significative" et souhaite "avoir un échange avec les branches professionnelles concernées dans les tout prochains jours". C'est pourquoi Élisabeth Borne a demandé la mise en place d'une réunion "sans délai" des instances de dialogue social dans les entreprises pour renforcer le télétravail. Les services du ministère vont , eux, se mobiliser pour "conseiller les entreprises". Et "le cas échéant sanctionner", a-t-elle précisé. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/