4 min de lecture Coronavirus France

Coronavirus, couvre-feu, restaurants : pourquoi les contrôles se multiplient-ils ?

ÉCLAIRAGE - L'exécutif a renforcé les restrictions pour éviter un reconfinement. Plusieurs ministres ont annoncé le renforcement des contrôles, notamment sur le respect du couvre-feu à 18 heures.

Gérald Darmanin à la barrière de Péage de Buchelay sur l'A13, où les contrôles, effectués par policiers et gendarmes, ont provoqué d'importants bouchons dans le sens province-Paris
Gérald Darmanin à la barrière de Péage de Buchelay sur l'A13, où les contrôles, effectués par policiers et gendarmes, ont provoqué d'importants bouchons dans le sens province-Paris Crédit : Christophe ARCHAMBAULT / AFP
Marie-Pierre Haddad
Journaliste RTL

La responsabilité collective. Voici le nouveau mot d'ordre du gouvernement. Afin d'éviter un reconfinement, l'exécutif en appelle aux Français et au respect des règles pour freiner la propagation du coronavirus et de ses variants.

Afin de repousser autant que possible le scenario du confinement, le gouvernement a renforcé les contrôles aux frontières, mais aussi dans plusieurs villes de France. À cela s'ajoute aussi des contrôles pour les restaurateurs qui décident d'ouvrir leurs établissements. 

Le gouvernement a les yeux rivés sur les chiffres de l'évolution de l'épidémie en France. "On les suit comme le lait sur le feu", a résumé le secrétaire d'État en charge du Tourisme Jean-Baptiste Lemoyne sur RTL. Selon le ministre de la Santé, Olivier Véran, les niveaux actuels permettent "d'observer, durant quelques jours, ce qu'il va se passer", sans prendre immédiatement de décision drastique. 

Un renforcement des contrôles

Contrôles aux frontières, menaces pour les commerçants tentés de braver les interdictions : le gouvernement fait les gros yeux dans l'espoir de faire reculer l'épidémie de coronavirus, à une semaine du début des vacances scolaires.

À lire aussi
Coronavirus France
Coronavirus : dans quels cas dois-je m'isoler, combien de temps et que faire ?

L'exécutif compte notamment sur ce nouveau tour de vis aux frontières (un test PCR négatif pour revenir d'un pays de l'UE est nécessaire, ndlr) et sur la fermeture des centres commerciaux non-alimentaires de plus de 20.000 mètres carrés, ajoutés au couvre-feu à 18 heures depuis deux semaines, pour canaliser la circulation du coronavirus, sans passer pour la troisième fois par la case confinement.  
                   
Le ministre de l'Économie, Bruno Le Maire, a menacé sur RTL les restaurants clandestins de suspendre "pendant un mois" leur accès au fonds de solidarité, et définitivement en cas de récidive. Des sanctions appliquées à tous les commerces qui enfreignent les règles, précise Bercy. 

Des consignes de particulière fermeté pour appliquer ce couvre-feu à 18 heures

Gérald Darmanin, ministre de l'Intérieur
Partager la citation

Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin a annoncé, le 31 janvier, une "augmentation de plus de 30%" des contrôles concernant le respect du couvre-feu, à l'occasion d'un déplacement dans les Yvelines pour superviser les opérations des forces de l'ordre. 

Dès vendredi soir, à la suite de l'allocution de Jean Castex, Gérald Darmanin avait envoyé un télégramme aux préfets pour leur demander de "prendre sans délai toutes dispositions de nature à faire respecter très strictement ces nouvelles règles"

Le locataire de la place Beauvau a évoqué "des consignes de particulière fermeté pour appliquer ce couvre-feu à 18 heures et aussi pour lutter contre les magasins qui ouvrent avec des jauges trop différentes de celles qu'avait demandé le gouvernement, à savoir 8m2 par personne", a-t-il dit.  

Pas de confinement mais une contrepartie ?

Ce renforcement des contrôles est la conséquence du non-confinement.  "On a fait le choix de tout faire pour éviter un reconfinement. La contrepartie (...) c'est évidemment que les règles actuelles, et notamment le couvre-feu à 18 heures, soient pleinement respectées", a expliqué sur France info le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal. "La décision qui a été prise par le président de la République (...), c'est de faire le choix de la confiance et de la responsabilité des Français", a-t-il rappelé. 

"On ne prend pas nos décisions en fonction d'une petite minorité qui ne veut pas respecter les règles. La boussole de nos décisions, c'est toujours de protéger la santé des Français et évidemment aussi de tenir compte de l'impact psychologique des décisions qu'on prend et de l'impact économique", a ajouté le porte-parole du gouvernement.
 
En matière de télétravail, le porte-parole a également évoqué la "possibilité de d'accroître les contrôles".  "Je crois aussi beaucoup à la responsabilité collective des employeurs, des salariés", a-t-il ajouté, car "pour éviter d'avoir à en revenir à des mesures extrêmement difficile de reconfinement, il peut y avoir une belle mobilisation collective, indépendamment de la sanction". 

Des mesures suffisantes ?

Cet ensemble de mesures suffira-t-il à éviter un nouveau tour de vis ? Un point sera fait lors d'un nouveau conseil de défense autour du chef de l'État mercredi, mais sauf envolée des indicateurs, il n'est pas prévu de nouvelle décision cette semaine, indique à l'AFP une source proche de l'exécutif. 

Cette même source voit les vacances comme un facteur positif, la période impliquant une baisse des brassages dans les écoles et au travail. Et côté sports d'hiver, c'est toujours non. Le gouvernement a indiqué que les remontées mécaniques des stations de ski resteront fermées en février, sans date de réouverture fixée. Le monde de la culture ne voit pas non plus la fin des restrictions, avec des cinémas, théâtres et musées fermés depuis fin octobre. 

La circulation du variant anglais plus contagieux "s'intensifie mais de manière moins intense qu'à l'étranger où des hausses de 70 à 100 % ont été relevées", a souligné Olivier Véran, en se basant sur les résultats préliminaires d'une deuxième enquête menée sur les cas positifs. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coronavirus France Coronavirus Confinement
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants