2 min de lecture Coronavirus

Coronavirus : comment Didier Raoult s'est retrouvé au coeur d'une fake news

FACT CHECKING - Mercredi 20 mai, le magazine "Entreprendre" a annoncé le départ du professeur Didier Raoult, recruté en Chine. Itinéraire d'une fake-news.

Le professeur Didier Raoult, dans son bureau à Marseille le 26 février 2020.
Le professeur Didier Raoult, dans son bureau à Marseille le 26 février 2020. Crédit : GERARD JULIEN / AFP
micro générique
Jean-Mathieu Pernin édité par Marie Zafimehy

Mercredi 20 mai, 10h43 : un tweet du magazine économique Entreprendre. "Exclusif, Le professeur Didier Raoult quitte la France pour rejoindre une grande université Chinoise". Un titre accrocheur avec en dessous l’infectiologue se grattant la barbiche, méditant. Sûr que cette information va faire parler. Alors cliquons, voyons voir pourquoi le chantre de l’hydroxychloroquine souhaite s’exiler vers l’Asie lointaine ? 

Dans un courrier adressé à la publication, Raoult précise rejoindre la Peking University Health Science Center puisque selon lui, il serait devenu "très compliqué d’entreprendre des projets de recherche dans le domaine de la santé en France, le secteur étant rongé par les querelles partisanes, la bureaucratie tentaculaire et le politiquement correct". 

Et voilà, une nouvelle fois un scientifique quitte la France réagit un internaute au diapason avec d’autres qui ne peuvent croire à ce départ , l’un précisant même "impossible Raoult aime trop la France pour ça". Ceux qui n’avait pas connu la séparation des Beatles connaissent la tragédie du départ de Raoult pour la Chine. Allons nous nous en remettre ? 

La course à l'exclusivité

Tout ceci est totalement faux. Contacté par France 3 région, l’équipe du professeur Raoult à l’institut hospitalier universitaire de Marseille dément totalement cette information, "non le professeur Raoult n a pas été recruté par une université chinoise".

À lire aussi
Le MSC Grandiosa, le 25 mars 2020 tourisme
Vacances d'été : la société MSC Croisières reprend ses activités en Méditerranée

De son côté, si le magazine Entreprendre reconnait s’être précipité et n’avoir pas assez vérifié l’origine du mail qui leur était adressé et signé par un pseudo professeur Raoult lui promettant l’exclusivité. On a pu suivre l’emballement en direct. Une information reprise par Le Midi Libre ou Valeurs Actuelles avant de reconnaître à leur tour qu’il s’agissait d’une fake news. 

Même chose pour le député du Rassemblement national Gilbert Collard : "ce pays, une monstruosité technocratique et administrative pour copains, est un répulsif à talents ! À force d’emmerder les talents, faut pas s’étonner qu’ils disent 'merde' !" Une heure plus tard, rétropédalage de l’eurodéputé, tweet effacé et nouveau message sur le réseau social pour dire qu’il avait relayé une fausse information

Cette affaire montre comment le feu prend à la prairie virtuelle, un erreur, une soif d’exclusivité, de vouloir être le premier à commenter, à s’affirmer conduit à cette intoxication que l’OMS nomme avec ce terme d’infodémie. Didier Raoult en a été victime hier. Un combat de longue haleine.

La multiplication des fake news

Des chercheurs canadiens ont scrutés en mars dernier les 69 des 150 vidéos en anglais les plus visionnées sur le covid-19, plus de 260 millions de vues. Selon leur analyse, une vidéo sur quatre est un cocktail de fake news survitaminés aux dégâts certains. Important quand on sait que youtube est fréquenté par deux milliards de personne, qui ne font pas que se repasser en boucle Gangnam Style et qui sont en contact avec des vidéos gonflés d’intox. Donc prudence.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coronavirus Confinement France
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants