2 min de lecture Épidémie

Coronavirus : non, il ne s'agit pas d'une maladie peu mortelle

FACT CHECKING - Les fakes news poursuivent leur propagation. Un message, souvent accompagné d'un graphique, compare le coronavirus à d'autres maladies, et minimise sa gravité.

Micro générique Switch 245x300 Fact Checking Jean-Mathieu Pernin iTunes RSS
>
Coronavirus : non, il ne s'agit pas d'une maladie peu mortelle Crédit Image : AFP | Crédit Média : Jean-Mathieu Pernin | Durée : | Date : La page de l'émission
micro générique
Jean-Mathieu Pernin édité par Marie Gingault

Depuis la fin de l’automne dernier, on s’inquiète des conséquences du coronavirus et depuis le début de l’année 2020, nous faisons face à une épidémie endeuillant le monde entier. Le virus frappe toujours, les économies souffrent et l’on se demande si finalement, c'est vraiment dangereux. 

Ainsi depuis le mois d’avril, on voit passer sur les réseaux sociaux ce genre de message accompagné de graphiques : "Voilà quelques chiffres intéressants qui permettent de mettre en perspective. Il faut cesser d’avoir peur ! Regardez les chiffres et détendez-vous ! Ne vous laissez plus manipuler par tous les stratèges qui font leur miel de vos peurs !". S’en suivent des chiffres pris entre le 1er janvier et 30 mars 2020 où sont comparés le nombre de décès provoqués par la Covid-19 et d’autres causes mortelles comme l’insécurité routière, le cancer ou le tabac. 

Et c’est vrai que d’un coup, ce virus paraît ridicule par rapport au nombre de personnes souffrant de la faim. À partir de là, doute, inquiétude, angoisses existentielles cornéliennes : ai-je été trompé ? Oui, vous avez été trompé mais par les chiffres qui sont annoncés. Ils ne sont pas faux mais détournés. 

Interrogée par l’AFP, une sociologue explique qu’on ne peut pas comparer ces chiffres car des éléments comme le tabac, l’alcool ou le cancer sont des éléments prévisibles, quantifiables contrairement au coronavirus qui a pris tout le monde par surprise. Un virus tueur ayant trouvé sa place sur le podium des maladies infectieuses parmi les plus mortelles qui va nous permettre de dénoncer l’intox.

Une fake news relayée par des personnalités

À lire aussi
Le massif des Écrins à 1.870 mètres d'altitude, pris en photo le 16 juin 2017 (Hautes Alpes) santé
Coronavirus dans les Hautes-Alpes : une colonie de vacances fermée, 326 tests faits

Si cette fake news est si populaire, c'est parce que même des personnalités l'ont diffusée. C’est le cas de Vikash Dhorasoo, ex-footballeur et candidat insoumis à la mairie de Paris, qui le 13 mai écrit ce tweet : "Quelqu’un pourrait me rappeler pourquoi on a mis le monde entier en confinement pour la maladie classée 17 au rang mondial en nombre de morts ?", ajoutant un graphique à son message. Problème, le chiffre de 56 décès quotidien donné par l'ex-footballeur date du 9 mars, depuis ça s'est légèrement accéléré puisque la Covid-19 est devenue la troisième maladie infectieuse la plus létale, derrière les hépatites et la tuberculose.

Deuxième personne à avoir fait la publicité de cette théorie du coronavirus finalement gentillet, Christine Boutin. Le 11 mai, l’ancienne ministre balance sur Twitter un graphique, dans lequel le nombre de décès du coronavirus reprend les chiffres montrant que les accidents de la route, le cancer et le tabac tue davantage que la Covid-19. Christine Boutin rajoute également le nombre d’IVG à son comptage, ce qui n’a rien à voir mais ne peut s’empêcher de faire du militantisme. Un tweet que la fondatrice du Parti chrétien démocrate effacera. Donc, non la Covid-19 n’est pas une petite maladie, le savoir c’est le premier geste barrière.

Pourquoi nous confiner puisque c’est un virus timidou comme le pensent certains ? On voit dans le monde, comme récemment en Allemagne, des remises en question des mesures de confinement, des manifestations, des opposants aux mesures sanitaires pensant qu’elles empiètent sur leurs libertés ou pour les plus paranoïaques pour nous enfermer et nous contrôler. Dans quel but ? On ne sait pas mais selon une enquête de l’école des Hautes Études en Santé Publique, le confinement aurait sauvé en France au moins 60.000 vies. Je crois que c’est ce qu’on appelle mettre les choses en perspective.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Épidémie Coronavirus Maladie
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants