2 min de lecture Climat

Convention citoyenne sur le climat : Emmanuel Macron favorable à un référendum

Le président de la République s'est dit favorable à un référendum portant sur certaines propositions de la Convention collective sur le climat qui s'est ouverte ce vendredi 10 janvier.

Le président de la République Emmanuel Macron.
Le président de la République Emmanuel Macron. Crédit : LUDOVIC MARIN / AFP
Charles Deluermoz et AFP

Emmanuel Macron a rencontré ce vendredi 10 janvier au soir les 150 Français participant à la Convention citoyenne sur le climat (CCC). Et le président de la République s'est déclaré en faveur d'un référendum sur certaines des propositions que fera cette Convention.

"Je pense qu'il faut sur quelques mesures en appeler à un référendum, car c'est ce qui permettra de partager avec tout le monde la préoccupation sur le sujet", a-t-il dit lors d'une séance de questions-réponses avec les membres de la Convention dans l'hémicycle du Cese (Conseil économique, social et environnemental) à Paris.

Le chef de l'État a rappelé la possibilité de deux types de référendum : l'un portant sur un texte de loi, à valeur décisionnaire, et l'autre sur une ou plusieurs propositions, avec une simple valeur indicative.

"Si vous me demandez de soumettre quelque chose à référendum, je peux tout à fait le décider. Mais il y aura deux cas de figure. Soit ce qui a été préparé est un texte de loi. Le jour où il est voté par le peuple, il s'applique sans filtre", a-t-il dit.

"Je suis prêt à aller dans cette direction"

À lire aussi
Coronavirus : attention à ne pas aggraver la crise épidémique, alerte WWF coronavirus
Coronavirus : "Essayons de faire autrement", l'appel de WWF France pour une relance durable

Autre option, "si c'est juste une proposition ou une série de propositions, le référendum n'a pas valeur législative, il a valeur consultative". "Ça ne s'est jamais fait mais je suis prêt à aller dans cette direction." "Le référendum, éclairant, créera sur ces sujets un arc électrique, une pression", a-t-il lancé, mais "il faudra ensuite construire une loi qui sera soumise au Parlement".

Il répondait ainsi à des citoyens qu'il lui demandaient s'il s'engageait vraiment à relayer leurs propositions "sans filtre" aux Français, soit par des règlements, soit par des lois soumises au Parlement, soit par référendum.

Il a ajouté qu'en revanche il n'était pas favorable au "referendum d'initiative citoyen" que demandaient les gilets jaunes. "Sur le RIC, j'ai été très réservé, parce qu'il faudra toujours des gens pour endosser des décisions difficiles ; ce n'est pas parce qu'on fera des référendums tous les mois qu'on répondra aux problèmes".

"Les citoyens ont demandé plus de démocratie, ils ne veulent plus être simplement celles et ceux qui respectent les lois. Ils veulent participer. La Convention citoyenne pour le climat, c'est cela" a-t-il encore détaillé sur son compte Twitter.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Climat Politique
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants