3 min de lecture Social

Code du travail : "Le mouvement social est aussi un test pour la CGT"

ÉDITO - La première mobilisation sociale du quinquennat Macron, contre la réforme du Code du travail, présente un double enjeu : pour l'exécutif bien sûr, mais aussi pour les syndicats.

Alba Ventura L'Edito politique Alba Ventura
>
Code du travail : "Le mouvement social est aussi un test pour la CGT" Crédit Image : STEPHANE DE SAKUTIN / AFP | Crédit Média : RTLnet | Date :
La page de l'émission
Alba Ventura
Alba Ventura et Loïc Farge

Emmanuel Macron fait face, ce mardi 12 septembre, à la première mobilisation sociale de son quinquennat avec l'appel à des grèves et manifestations partout en France lancé par des syndicats qui dénoncent la réforme du Code du travail comme une "régression sociale". La CGT a appelé à défiler, tandis que les autres grandes centrales syndicales (CFDT et FO) n'ont pas donné de consigne. Une journée cruciale ? En fait, ce n'est ni décisif ni anodin. Ni décisif parce qu'Emmanuel Macron n'a pas l'intention de reculer ; ni anodin parce qu'on ne sait pas quelle tournure prendra la contestation à l'avenir.

Mais ce premier test social ne concerne pas seulement le pouvoir. C'est un test, aussi, pour la CGT. Tout le monde a compris qu'il n'y avait pas de front syndical, pas d'unité. C'est sans doute pour cela qu'aucun des manifestants ne se hasarde à donner un chiffre de mobilisation. Tout le monde a compris aussi que les ordonnances de la loi Travail concernaient principalement le secteur privé, et qu'il risque d'y avoir ce mardi dans la rue plus de militants et de salariés du public que de salariés du privé. Autrement dit, une manifestation à tonalité plus politique que sociale.

Tout le monde a aussi compris qu'il y avait une concurrence féroce entre la CGT et La France insoumise de Jean-Luc Mélenchon. C'est à qui battra le pavé le plus fort. La CGT, qui redoute d'y perdre des plumes, a déjà prévu une  nouvelle manifestation le 21 septembre. Comme par hasard, deux jours avant le défilé des Insoumis ! On sent quand même un peu de fébrilité du côté de la centrale cgétiste.

À lire aussi
Nicolas Hulot le 4 septembre 2018 écologie
Transition écologique et justice sociale : Hulot et Berger appellent à "un sursaut politique"

Emmanuel Macron sait qu'il est attendu

À Matignon, on dit qu'il y a plus d'attention (au sens où l'on est attentif) que de fébrilité. Il y a sans doute plus de tension que d'attention en réalité. Certes Emmanuel Macron, comme Édouard Philippe, considèrent qu'ils ont annoncé la couleur depuis longtemps, que tout était sur la table (le fond comme la forme, c'est-à-dire la réforme comme les ordonnances), que ça a été concerté, et donc qu'il n'y a pas de surprise.

Mais le Président sait qu'il est attendu, qu'il ne peut pas se permettre de battre en retraite, que c'est cette loi qui va donner le "la" de son quinquennat. Cette loi dira s'il est ou pas un réformateur. D'autant que ce n'est pas fini. Dans les prochaines semaines vont s'enchaîner la réforme de l'assurance-chômage, de la formation professionnelle, puis des retraites. Il va y avoir à la fin du mois le budget 2018, avec 20 milliards d'économie à trouver. Tout ça va donner du grain à moudre aux manifestants. La tension risque bien de monter d'un cran. Le Président et son premier ministre le savent bien.

C'est pour cela que, lundi 11 septembre à Toulouse, Emmanuel Macron est venu faire des annonces en faveur du logement social : plus de 50.000 logements vont être crées, notamment pour ceux qui sont dans une grande précarité. Il était urgent de revenir à des sujets à forte valeur de "gauche", après les ordonnances, la baisse des APL, la suppression d'une partie des emplois aidés ou la réforme de l'ISF. Emmanuel Macron sait bien que depuis qu'il s'est installé à l'Elysée, celui qui prônait une politique "et de droite et de gauche" est surtout apparu comme un libéral bon teint.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Social Code du travail Loi Travail
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7790059391
Code du travail : "Le mouvement social est aussi un test pour la CGT"
Code du travail : "Le mouvement social est aussi un test pour la CGT"
ÉDITO - La première mobilisation sociale du quinquennat Macron, contre la réforme du Code du travail, présente un double enjeu : pour l'exécutif bien sûr, mais aussi pour les syndicats.
https://www.rtl.fr/actu/politique/code-du-travail-le-mouvement-social-est-aussi-un-test-pour-la-cgt-note-alba-ventura-7790059391
2017-09-12 07:53:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/753CvzmMrC20ADNAN-BYvQ/330v220-2/online/image/2014/0905/7774131824_des-manifestants-de-la-cgt-a-paris-le-17-juin-2014.jpg