1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Climat : la lutte pour l'environnement déjà dans la Constitution, pourquoi un référendum ?
2 min de lecture

Climat : la lutte pour l'environnement déjà dans la Constitution, pourquoi un référendum ?

Emmanuel Macron a finalement fait le pari du référendum sur l'écologie, qui sera risqué pour lui comme pour l'opposition de droite au Sénat.

Emmanuel Macron face à la Convention citoyenne pour le climat le 14 décembre 2020
Emmanuel Macron face à la Convention citoyenne pour le climat le 14 décembre 2020
Crédit : Thibault Camus / POOL / AFP
Climat : la lutte pour l'environnement déjà dans la Constitution, pourquoi un référendum ?
01:46
L'Edito Politique - Olivier Bost
Olivier Bost
Journaliste

Un référendum dans les prochains mois pour inscrire la défense de l'environnement dans la Constitution française, c'est l'annonce faite par Emmanuel Macron, lundi 14 décembre. Cet objectif est pourtant déjà consacré dans le préambule de la Constitution : il y est écrit que le peuple français proclame "son attachement aux droits de l’Homme et à la charte environnementale" de 2004. Cette charte, c’était la traduction de la phrase de Jacques Chirac au Sommet de la Terre : "Notre maison brûle et nous regardons ailleurs".

Mais une charte n’est par définition pas très contraignante. En revanche, inscrire la priorité de la lutte pour le climat et la biodiversité dans l’article 1er n'aurait pas la même portée car toutes les lois futures devraient alors s'y plier.

Avant de laisser décider le peuple français, il faudra d’abord faire valider le principe du référendum aux deux chambres, sachant que le Sénat est à droite. C’est un pari risqué pour le président et c’est un défi pour les oppositions. Un référendum perdu peu avant l'élection présidentielle serait analysé comme un échec personnel d'Emmanuel Macron. Nous avons une référence similaire dans l’histoire, avec le référendum sur la régionalisation de 1969 qui avait mis fin au long règne du général de Gaulle.

Les sénateurs se risqueront-ils à bloquer ?

Le risque aussi est de se retrouver avec une promesse totalement décalée : dans quelques mois, serons-nous encore en plein Covid ou dans les plans sociaux, bref l’écologie sera-t-elle toujours le sujet du moment ?

À lire aussi

Mais avant cela, il faudra passer la barrière du Sénat, la place forte de l’opposition. Les sénateurs LR seront tentés de bloquer le processus, d'abord parce que ce ne sont pas les plus écolos et ensuite parce qu’ils ne voudront pas faire ce cadeau au président sortant.

Mais en cas de blocage, c'est la droite qui porterait alors la responsabilité de l'échec. Emmanuel Macron pourrait dire qu’il a été empêché et qu’il faut voter pour lui quelques mois plus tard pour faire bouger les choses. Le référendum est donc un double piège : pour ceux qui sont pour, et pour ceux qui sont contre.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/