1 min de lecture ONU

Ce qu’il faut retenir du discours d’Emmanuel Macron devant l’ONU

Rivalité sino-américaine, conflits, UE, environnement, le président français a rappelé ses positions sur tous les grands sujets actuels.

Emmanuel Macron à la tribune de l'ONU, le 24 septembre
Emmanuel Macron à la tribune de l'ONU, le 24 septembre Crédit : Johannes EISELE / AFP
louis
Louis Chahuneau et AFP

Le monde ne tourne pas seulement autour des États-Unis et de la Chine. Voilà ce qu'à, en somme, déclaré Emmanuel Macron lors de son discours à la 75e assemblée générale de l'ONU. "Le monde tel qu'il est aujourd'hui ne peut pas se résumer à la rivalité entre la Chine et les États-Unis", a dit le président français dans une vidéo enregistrée, quelques heures après le discours très vindicatif de Donald Trump contre la Chine.

Le président français a aussi mis l'accent sur l'unité retrouvée de l'Europe depuis le début de la crise sanitaire : "L'Union européenne, dont beaucoup en quelque sorte, prédisaient la division et l'impuissance, a fait à la faveur de la crise, un pas historique d'unité, de souveraineté, de solidarité, de choix de l'avenir", a-t-il estimé.


Emmanuel Macron en a profité pour saluer le plan de relance historique voté par l'UE ainsi que l'objectif d’atteindre la neutralité carbone en 2050. Puis, le président français a appelé Moscou à faire toute la lumière sur l'empoisonnement de l'opposant politique russe Alexeï Navalny : "Cette clarification doit être rapide et sans défaut, car nous ferons respecter nos lignes rouges", a-t-il promis.

Enfin, le chef d'État a rappelé la position française sur les différentes crises géopolitiques du moment, de la crise au Liban à l'Ukraine, en passant par la Libye, "l’illustration parfaite des erreurs auxquelles nous pouvons nous-mêmes conduire lorsqu’on ne respecte pas la souveraineté des peuples". Il a également demandé l'envoi d'une mission internationale sous l'égide des Nations unies dans la région chinoise du Xinjiang où sont commises les exactions contre la minorité musulmane Ouïghour : "Les droits fondamentaux ne sont pas une idée occidentale que l'on pourrait opposer comme une ingérence à tous ceux qui s'y réfèrent".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
ONU Discours Libye
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants