1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Brésil : pourquoi dit-on que Bolsonaro est "le Trump des tropiques" ?
3 min de lecture

Brésil : pourquoi dit-on que Bolsonaro est "le Trump des tropiques" ?

Grand ami de Donald Trump, Jair Bolsonaro montre plusieurs similitudes avec l'ancien président américain. À l'aube des élections, le candidat brésilien se prépare au premier tour, qui aura lieu ce dimanche 2 octobre.

Jair Bolsonaro et Donald Trump en Floride le 7 mars 2020
Jair Bolsonaro et Donald Trump en Floride le 7 mars 2020
Crédit : JIM WATSON / AFP
L'INTÉGRALE - Jair Bolsonaro : A l'aube des élections, portrait du "Donald Trump brésilien"
00:40:12
LE CHOIX DE FLAVIE - Insomnie, paranoïa, revolver et impuissance : les nuits agités de Jair Bolsonaro
00:01:58
Keltoum Lehbab & Flavie Flament

Le 28 octobre 2018, Jair Bolsonaro, figure de l’extrême droite, est élu à la tête du Brésil. Bruno Meyerfeld, journaliste et correspondant pour le journal Le Monde, lui a dédié un livre, Cauchemar Brésilen. Il revient sur le parcours du candidat, au micro de Flavie Flament.

Élu avec 55 % des voix, sa dernière campagne a été marquée par des propos racistes, sexistes et homophobes. Celui qu’on appelle, "le Trump des tropiques", met en avant une politique contre l’insécurité et l’instabilité du pays. "Quand Jair Bolsonaro est arrivé au pouvoir en 2018, on avait je crois, près de 60.000 homicides par an au Brésil et lui, capitaine de l’armée, a été vu comme quelqu’un qui pouvait supporter l’ordre et permettrait à une partie de la population de s’armer pour se défendre. Et ça, c’est très fort dans l’électorat Bolsonariste." explique le journaliste Bruno Meyereld.

Tout comme l’ancien président américain Donald Trump, Bolsonaro est pour le port d’armes. Un argument qui fait mouche pour une grande partie de la population. Des Brésiliens qui sont prêts à tout pour agir contre l’insécurité de leur pays. Face à ce fléau, Bolsonaro est perçu comme "le docteur d’un pays malade". "C’est vrai, que ce soit sur l’insécurité, sur la corruption, sur la pauvreté, ou sur le manque d’ordre ressenti par une partie des Brésiliens, il a été comme un sauveur. Au Brésil, on l’appelle 'le mythe', ça en dit long sur la nature du personnage, ou en tout cas de la manière dont il est perçu", soutient le spécialiste sur RTL.

Bolsonaro est "inculte" et il le revendique

Fan des réseaux sociaux et des fakes newsJair Bolsonaro utilise la parole pour gouverner. Souvent comparé à Trump, Bruno Meylerfeld nous explique pourquoi, "Bolsonaro gouverne beaucoup par la parole. C’est la manière dont on fait de la politique au XXIe siècle. Ce n’est pas quelqu’un qui a envie de faire passer des lois (...) Je crois qu’instinctivement ou non, il sait que pour gouverner le Brésil aujourd’hui, on le gouverne plus de manière informelle que de manière formelle.".

À lire aussi

Bolsonaro lit ses réseaux, mais ne lit apparemment pas beaucoup de livres. C’est quelqu’un qui est "inculte" et qui le revendique d'après Bruno Meylerfeld. "Pour la campagne de 2018, ses conseillers lui ont dit de citer un livre dans une émission télévisée, un livre de référence, Winston Churchill, ses mémoires de guerre, et Bolsonaro a dit : 'Winston qui ?'".

Mais, contrairement à Trump, Bolsonaro vient d'un milieu modeste

Mais, contrairement à son ami milliardaire, Bolsonaro n’a pas grandi avec une cuillère en argent dans la bouche. Avant d’emménager au Palais d’Aurore, la résidence officielle du chef de l’Etat, Jair Bolsonaro était soldat, député, mais aussi fils d’immigrés. Né, dans un endroit qu’on appelle, l’Amazonie Paoliste, Bolsonaro est un fils d'immigrés Italiens assez modeste. "Son père était dentiste pratique, sans diplôme, à peine plus qu’un arracheur de dents. Et sa mère était femme au foyer, dévote catholique. À l’époque les Italiens étaient assez mal considérés, au Brésil, c’étaient un peu les successeurs des esclaves. Utilisés comme de la main d’œuvre pas chère dans les plantations", confie Bruno Meyerfeld sur RTL.

Jair Bolsonaro a réussi à sortir de son milieu modeste grâce à l’armée, où il est resté dix ans. Il a commencé comme officié quand la dictature se délitait. Il est, en quelque sorte, passé à côté de sa guerre. "Ce qui a provoqué en lui de grandes frustrations " confirme Bruno Meyerfeld. 

"Au milieu des années 80, il a décidé de sortir du rang et écrit une tribune dans la presse, le plus grand hebdomadaire de l’époque, en se plaignant du traitement des soldats, en particulier de leurs salaires. Et c’était la première fois, en plusieurs dizaines d’années de pouvoir militaire, de dictature, qu’un soldat osait sortir du rang. Et c’est là, que commence la carrière politique de Bolsonaro.".


Jour J, c'est l'émission des grands entretiens d'actualité internationale, culturelle, économique et politique. Chaque jour sur RTL de 20h à 21h et en podcast, Flavie Flament reçoit un acteur de l'actualité et revient avec lui sur une date fondamentale de sa vie.

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

pub