3 min de lecture Baccalauréat

Bac 2021 : le contrôle continu "n’est pas la meilleure solution", selon le SNES-FSU

INVITÉE RTL - Sophie Vénétitay, secrétaire générale adjointe du SNES-FSU, explique qu'il était possible de reporter les épreuves du baccalauréat de mars à juin.

Christelle Rebiere L'invité de RTL Midi Christelle Rebière
>
Bac 2021 : le contrôle continu "n'est pas la meilleure solution", selon le SNES-FSU Crédit Image : MARTIN BUREAU / AFP | Crédit Média : Agnès Bonfillon | Durée : | Date : La page de l'émission
RTL Midi -  Christelle Rebière
Christelle Rebière et Emmanuelle Brisson

Le contrôle continu même "encadré",  comme le souhaite Jean-Michel Blanquer n’est pas la bonne solution, confie Sophie Vénétitay, secrétaire adjointe du syndicat des enseignants sur RTL. 

"Certes on est tous soulagés que les épreuves n’aient pas lieu au mois de mars parce que le calendrier était vraiment infernal et intenable. Mais il y a beaucoup d’inquiétude sur le contrôle continu. Ce matin sur votre antenne, Jean-Michel Blanquer parlait de l’exigence d’égalité. Or, on sait que le contrôle continu conduit à ces ruptures d’égalité, très concrètement, il suffit de se souvenir à quoi ressemblait le bac 2020 l’année dernière, où on a vraiment constaté des inégalités très importantes entre les élèves selon les établissements." 

Sophie Vénétitay fait partie de ceux qui voulaient de vraies épreuves plus tard, mais de vraies épreuves. "Ce qui nous semblait important et ce qui nous semble toujours important c’est que les élèves puissent passer le même jour des épreuves nationales, c’est- à dire le même jour, tous les élèves passent les épreuves comme c’était prévu au mois de mars mais au mois de juin, ça permettrait à la fois de desserrer les taux du calendrier qui étaient vraiment intenables et d’avoir ces épreuves organisées nationalement et d’éviter les problèmes du contrôle continu", poursuit-elle.

Y a-t-il un risque que les épreuves soient annulées complètement ?

"Alors ce n’est pas exactement comme ça que ça pourrait se passer. Jean-Michel Blanquer a évoqué ce matin sur votre antenne, la reconquête du mois de juin. Mais là, très concrètement il s’agissait de mettre deux épreuves au mois de juin, en plus de l’épreuve de philosophie ça fait trois épreuves et je rappelle que les années précédentes dans le cadre du précédent baccalauréat, on avait une semaine d’épreuves avec cinq à six épreuves. Donc là on était quand même loin de ça, loin des caricatures de ce de ce mois de juin. C’était tout à fait possible, et si jamais la situation sanitaire ne s’améliorait pas, on aurait pu poser une date à laquelle on revoyait la situation par exemple en avril ou en mai. Mais il était tout à fait possible aujourd’hui de reporter les épreuves."

Le contrôle continu est-il synonyme d’un bac dévalorisé ?

À lire aussi
Olivier Véran
Le vaccin AstraZeneca pourra être administré aux 65-75 ans "avec comorbidités", annonce Véran

Alors il est plutôt synonyme d’un bac local, c’est-à-dire que chaque établissement va noter les élèves comme il le souhaite et surtout il y a des petits arrangements avec les notes, qu’on a constaté l’année dernière dans le cadre du contrôle continu. On a vu que certains établissements avaient modifié les notes. Et donc que c’est ces notes modifiées qui avaient conduit à la note du baccalauréat. Après plutôt que la valeur du diplôme, il faut se demander pourquoi est-ce qu’on en arrive là ? On en arrive là parce que le contrôle continu n’est pas suffisamment cadré et que ce n’est pas la meilleure solution pour passer le bac", réagit Sophie Venetitay, également professeur en lycée.


Elle explique enfin sa vision sur le grand oral. "Le grand oral qui doit être la nouvelle épreuve emblématique du nouveau bac est là aussi une épreuve très inégalitaire parce que l’oral est quelque chose qui n’est pas maîtrisé de la même manière par les élèves, mais surtout dans cette année de pandémie, il est très compliqué à préparer. Les lycées ne fonctionnent pas de la même manière. Cela risque d’être préjudiciable pour certains élèves. Il faut prendre la mesure de cette année si particulière et annuler le grand oral."

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Baccalauréat Coronavirus Coronavirus France
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants