1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Attentats contre "Charlie Hebdo" : Hollande s'en souvient "comme si c'était hier"

Attentats contre "Charlie Hebdo" : Hollande s'en souvient "comme si c'était hier"

INVITÉ RTL - Cinq ans après les attentats contre "Charlie Hebdo" et l'Hyper Cacher, le procès s'ouvre à Paris. Quatorze personnes sont poursuivies, soupçonnées à des degrés divers de soutien logistique aux frères Saïd et Chérif Kouachi et à Amédy Coulibaly.

François Hollande dans les studios de RTL, le 2 septembre 2020
François Hollande dans les studios de RTL, le 2 septembre 2020
Crédit : SILVERE GERARD/AGENCE1827/RTL
François Hollande était l'invité de RTL mercredi 2 septembre 2020
15:02
François Hollande était l'invité de RTL du 2 septembre 2020
15:02
L'invite´ de RTL - Alba Ventura
Alba Ventura
Animateur

"Approcher la vérité" et offrir "un moment d'expression" aux victimes. C'est ainsi que le procureur national antiterroriste Jean-François Ricard a défini le procès des attentats de janvier 2015 qui s'ouvre ce mercredi 2 septembre.

Quatorze personnes sont poursuivies, soupçonnées à des degrés divers de soutien logistique aux frères Saïd et Chérif Kouachi et à Amédy Coulibaly, auteurs des tueries qui ont fait 17 morts. Le procès, initialement prévu avant l'été, avait été reporté en raison de la crise sanitaire. Il sera intégralement filmé pour la constitution d'archives historiques de la justice. Une première en matière de terrorisme.

En 2015, François Hollande était à la tête du pays. Invité sur RTL, il revient sur ces attaques d'une extrême violence. "Je m'en rappelle presque comme si c'était hier, même si c'était il y a cinq ans, raconte l'ancien président de la République. Je suis à mon bureau, il est à peu près midi. Je dois recevoir le président de Total.et j'ai l'information selon laquelle il y a une attaque qui est engagée contre Charlie Hebdo".

La "décision" de se rendre à la rédaction de "Charlie Hebdo"

À cet instant précis, François Hollande "ne connaît pas encore l'ampleur de l'attaque terroriste". "C'est Patrick Pelloux qui appelle et me donne, en larmes, ce qu'il voit. C'est-à-dire l'information selon laquelle ils sont tous morts. Ils ne le sont pas tous, mais pour lui qui arrive dans la salle de rédaction et qui découvre ses amis (...) il a devant lui des femmes et des hommes qui sont couchés et morts. Il me dit dans un pleur que ce qui vient de se passer est terrible pour lui, mais aussi pour la France", raconte l'ancien président.

À lire aussi

Tout s'enchaîne et vient alors la question de se rendre ou non sur les lieux de l'attaque du 7 janvier"J'ai une décision à prendre : est-ce que je me rends sur les lieux de l'attentat ou est-ce que par précaution, et c'est ce que me demandent les services de sécurité, j'attends ? Je considère qu'il faut aller sur les lieux parce que l'attaque contre Charlie Hebdo est une attaque contre la France. Il faut une parole et le plus vite possible", se souvient François Hollande.

L'ancien président de la République finit par se rendre devant la rédaction meurtrie : "Je pense qu'il était important que les Français aient immédiatement la réaction de leur Président".

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/