2 min de lecture Chômage

Assurance-chômage : le patron du Medef juge "injustes" les critiques de Macron

Après l'échec des négociations sur la réforme de l'assurance-chômage, Geoffroy Roux de Bézieux, le président du Medef, a jugé "injuste" la vive critique d'Emmanuel Macron contre les partenaires sociaux.

Geoffroy Roux de Bézieux, le successeur de Pierre Gattaz à la tête du Medef
Geoffroy Roux de Bézieux, le successeur de Pierre Gattaz à la tête du Medef Crédit : ERIC PIERMONT / AFP
ClaireGaveau
Claire Gaveau
et AFP

Geoffroy Roux de Bézieux répond à Emmanuel Macron. Le président du Medef a jugé "injuste" la vive critique d'Emmanuel Macron contre les partenaires sociaux après l'échec des négociations sur la réforme de l'assurance-chômage.

"Dire que quand c'est dur, comme l'a pointé Emmanuel Macron, les partenaires sociaux se défaussent sur l'État, est injuste", a affirmé le chef de l'organisation patronale lors d'un entretien au Journal du Dimanche. Et de poursuivre : "Quand les ingérences sont permanentes, oui, c'est dur de trouver des consensus. Dur, également, d'obtenir des économies des syndicats quand le gouvernement ne parle que du bonus-malus".

Avant lui, les syndicats CGT, FO et CFDT, avaient déjà vivement répondu au président de la République après ses critiques lancées jeudi 21 février à l'encontre des partenaires sociaux. "On est dans un drôle de système. Chaque jour dans le pays, on dit 'corps intermédiaires, démocratie territoriale, démocratie sociale, laissez-nous faire'. Et quand on donne la main, on dit 'mon bon monsieur, c'est dur, reprenez-la'", avait lancé le chef de l'État devant les présidents de départements réunis à l'Élysée.

À lire aussi
Un entretien chez Pôle Emploi (illustration). Chômage
Chômage : le taux a reculé au 1er trimestre et atteint son plus bas niveau depuis 2009

L'échec des négociations

Les négociations entre partenaires sociaux ont buté sur le refus patronal d'un bonus-malus pour décourager les entreprises de recourir aux contrats courts. Le patronat a, de son côté, déploré le refus des syndicats de discuter des économies demandées par le gouvernement, au minimum un milliard d'euros par an.

Geoffroy Roux de Bézieux a prévenu que "sans remise en question forte" du système actuel de gestion paritaire, le Medef pourrait quitter l'Unedic, l'organisme gestionnaire de l'assurance-chômage. "Ce monde ne bouge pas à la même vitesse que le monde de l'entreprise. Au Medef, nous allons réexaminer notre présence dans tous les organismes paritaires", a-t-il indiqué, assurant que le régime des retraites complémentaires, l'Agirc-Arrco, fonctionnait "très bien".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Chômage Medef Emmanuel Macron
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7797037282
Assurance-chômage : le patron du Medef juge "injustes" les critiques de Macron
Assurance-chômage : le patron du Medef juge "injustes" les critiques de Macron
Après l'échec des négociations sur la réforme de l'assurance-chômage, Geoffroy Roux de Bézieux, le président du Medef, a jugé "injuste" la vive critique d'Emmanuel Macron contre les partenaires sociaux.
https://www.rtl.fr/actu/politique/assurance-chomage-le-patron-du-medef-juge-injustes-les-critiques-de-macron-7797037282
2019-02-24 07:10:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/gFtXI7Hn7M3gOFX5Em1xBg/330v220-2/online/image/2018/0703/7793981614_geoffroy-roux-de-bezieux-le-successeur-de-pierre-gattaz-a-la-tete-du-medef.jpg