1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Assemblée nationale : les primo députés racontent leurs débuts
1 min de lecture

Assemblée nationale : les primo députés racontent leurs débuts

Les nouveaux élus découvrent le travail de député. Une fonction à part, pas toujours évidente, notamment lors des séances interminables à l'Assemblée.

L'Assemblée nationale (image d'illustration)
L'Assemblée nationale (image d'illustration)
Crédit : Christophe ARCHAMBAULT / AFP
Assemblée nationale : les primo députés racontent leurs débuts
00:01:24
micro generique
La rédaction de RTL - édité par Nicolas Barreiro

Depuis le début de la semaine, les élus sont en vacances. L'occasion de faire un premier bilan pour les plus jeunes, ceux qui ont entamé leur premier mandat. Que pensent-ils de leur nouveau métier ? 

Cartable à la main, ils sont encore un peu perdus dans le labyrinthe de l'Assemblée. Ils ont également dû s'habituer aux séances interminables dans l'hémicycle, ce qui n'est pas toujours simple pour l'insoumis David Guiraud, 29 ans. "Il y a des moments où je décroche, ça arrive. Sur une séance qui dure parfois 15 heures d'affilée, il y a des moments où il y a des trucs que je n'ai pas compris, ça arrive", confie l'élu. 

"Il y a des gens en qui on fait confiance et qui nous disent 'cet amendement là, je ne le sens pas, on ne le vote pas' ou bien 'celui-là je le sens bien'", ajoute David Guiraud. Des camarades de classe expérimentés qui ont guidé les débutants donc. Pierre Cazeneuve, député Renaissance de 27 ans, a été épaulé même pour les choses les plus élémentaires. 

Quand vous arrivez à 9h du matin et que vous repartez le lendemain à 7h, c'est toujours assez étonnant quand vous n'y êtes pas habitué

Thomas Ménagé, député RN

"Faire son pass Navigo, recruter ses collaborateurs, installer son bureau, prendre une assurance pour sa permanence, c'est finalement tout à fait commun", estime le jeune élu. 

Preuve que ce métier n'est pas comme aucun autre : au détour d'un couloir on retrouve un bureau de poste ou encore un salon de coiffure. Un monde parallèle pour Thomas Ménagé (RN), tout juste 30 ans. "C'est le côté ville dans la ville, être coupé du monde. Parfois quand on a eu des séances de nuit, quand vous arrivez à 9h du matin et que vous repartez le lendemain à 7h, c'est toujours assez étonnant quand vous n'y êtes pas habitué". À la rentrée, il faudra plonger dans le grand bain et ce, pour un durée de cinq ans.

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire