1 min de lecture Élections européennes

Alain Duhamel craint un appauvrissement de la classe politique

Dans une interview au journal "La Croix", l'éditorialiste Alain Duhamel salue l'émergence de figures hors partis, mais craint que "la politique devienne une occupation d'amateurs".

Alain Duhamel à Paris, le 6 septembre 2011.
Alain Duhamel à Paris, le 6 septembre 2011. Crédit : FRANCOIS GUILLOT / AFP
Camille Schmitt
Camille Schmitt
Journaliste

Élections européennes, nouvelles figures politiques, rajeunissement des partis... Dans une interview au journal La Croix ce lundi 25 mars, l'éditorialiste politique Alain Duhamel donne son ressenti sur les mutations actuelles de la scène politique française et son renouvellement.
Il constate en effet un souci des partis d'attirer d'avantage de jeunes vers la politique. Notamment avec Jordan Bardella, 23 ans, à la tête de la liste du Rassemblement National aux européennes, et Manon Aubry, 29 ans, chez La France Insoumise. Selon lui, ce "renouvellement de l’offre [est] d’autant plus marquant que, dans la tradition française, les européennes sont souvent l’occasion de recycler des personnalités sur le déclin". 

Mais Alain Duhamel s'inquiète d'un potentiel appauvrissement de la classe politique. Pour lui, les "élites" ne veulent plus faire de politique, et c'est ainsi que plusieurs figures hors partis émergent. Ce qui n'est pas une mauvaise chose, "mais il ne faudrait pas que la politique devienne une occupation d’amateurs". "Je suis pour le renouvellement générationnel, pas pour l’appauvrissement du personnel politique", précise-t-il dans les colonnes du journal. 

Quant à l'arrivée de philosophes comme tête de liste de partis, à l'instar de Raphaël Glucksmann pour Place Publique ou François-Xavier Bellamy chez Les Républicains, il se montre assez sceptique. "Réussiront-ils à rester des philosophes en politique ou deviendront-ils des politiciens ex-philosophes ?", s'interroge-t-il. Selon lui, l'Histoire a montré que "les philosophes n’ont jamais fait de grands politiques", citant l'exemple de Lamartine qui a été "l’homme politique le plus populaire de France durant trois mois" seulement. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Élections européennes Alain Duhamel
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants