1 min de lecture Vidéo

Affaire Sarkozy : "La pièce principale de l'accusation vient de tomber", estime Larcher

INVITÉ RTL - Les Français "ont un doute sur l'État de droit", estime le président du Sénat qui fait "plus confiance" à Nicolas Sarkozy qu'à Ziad Takieddine.

Benjamin Sportouch - Le Grand Jury Le Grand Jury Benjamin Sportouch iTunes RSS
>
Le Grand Jury de Gérard Larcher Crédit Image : SILVERE GERARD/AGENCE1827/RTL | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
245x300_Sportouch
Benjamin Sportouch et Marie-Pierre Haddad

Entre "colère froide" et "stupéfaction". C'est ce qui anime Nicolas Sarkozy après le coup de théâtre signé du sulfureux intermédiaire Ziad Takieddine. En novembre 2016, l'un des principaux témoins à charge avait affirmé avoir convoyé entre novembre 2006 et début 2007 "un total de cinq millions d'euros" dans des valises lors de trois voyages entre Tripoli et Paris. Le 11 novembre dernier, il a retiré ses accusations.

Selon Gérard Larcher, "la pièce principale de l'accusation vient de tomber". Quant aux éléments du dossier, le président du Sénat préfère lâcher un grand soupir et évoquer dans la foulée "l'entourage de feu le colonel Kadhafi" et "Mediapart dont on a oublié que les documents pouvaient ne pas être d'une vérité absolue" (voir vidéo ci-dessus à partir de 51 minutes).

Invité du Grand Jury RTL, Le Figaro, LCI, l'élu des Yvelines a affirmé faire "plus confiance au président de la République (Nicolas Sarkozy, ndlr) qu'à Ziad Takieddine". Et la justice ? "Je m'interroge. Je pense que mes compatriotes ont un doute sur l'État de droit. Il faut y être attentif et je souhaite une justice sereine et apaisée", a répondu Gérard Larcher. 

Au-delà de l'affaire Sarkozy, le président du Sénat est aussi revenu sur les perquisitions qui ont eu lieu au domicile d'Édouard Philippe dans le cadre de l'enquête ouverte sur la gestion du coronavirus. "La justice pense que c'est bien de venir à 6 heures du matin chez un ancien Premier ministre qui a fait son devoir. En pleine pandémie, est-ce qu'en judiciarisant l'action publique, on ne la paralyse pas ? Au bout du compte, les politiques ne prennent plus de décisions", dénonce-t-il.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Vidéo Ziad Takieddine Sénat
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants