1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Takieddine dédouane Sarkozy : sur quoi repose désormais le dossier ?

Takieddine dédouane Sarkozy : sur quoi repose désormais le dossier ?

ÉCLAIRAGE - La bombe lâchée dans presse par Ziad Takieddine a été immédiatement utilisée par la défense de Nicolas Sarkozy pour tenter de le disculper, mais de nombreux éléments restent à charge contre lui.

Ziad Takieddine le 18 octobre 2010, à Paris.
Ziad Takieddine le 18 octobre 2010, à Paris.
Crédit : ANTONIOL ANTOINE/SIPA
Takieddine dédouane Sarkozy : sur quoi repose désormais le dossier ?
02:28
Thomas Prouteau
Journaliste

Depuis plus de 7 ans, il accuse Nicolas Sarkozy. L'homme d'affaires Ziad Takieddine, le principal témoin à charge dans l'affaire du financement libyen de la campagne présidentielle de 2007, est revenu sur ses déclarations mercredi pour dédouaner l'ancien président. Jusqu'ici, il affirmait avoir servi d'intermédiaire entre le régime de Mouammar Kadhafi et l'équipe de Nicolas Sarkozy.

"Il n'y a pas eu de financement de la campagne de Nicolas Sarkozy", lâche l'intermédiaire sulfureux dans une interview accordée à Paris Match. Or Ziad Takieddine est le détonateur de l'affaire libyenne, c'est lui qui affirme en 2012 devant le juge détenir des preuves d'un financement par le régime Khadafi. En 2016 dans une interview donnée à Mediapart, le Libanais va plus loin et décrit comment il a remis des valises de cash en mains propres à Nicolas Sarkozy en 2007. Cela n'a jamais pu être démontré.

Mais Ziad Takieddine c'est aussi celui qu'on surnomme "Monsieur zig zag", l'homme qui change régulièrement de version et brouille les pistes. En mars 2009, il écrivait une nouvelle fois au juge pour affirmer qu'il détenait de nouveaux éléments sur l'affaire libyenne en échange de la levée du gel de ses avoirs financiers.

La fin des poursuites pour Sarkozy ?

Dès mercredi soir, Nicolas Sarkozy et ses proches se sont empressés de communiquer. "La vérité éclate enfin", écrit l'ancien chef de l'État, qui est notamment mis en examen dans cette affaire pour "corruption" et "association de malfaiteurs".

À lire aussi

Les avocats de l'ancien chef de l'État ont d'ailleurs immédiatement demandé l'abandon des poursuites. Mais la difficulté pour Nicolas Sarkozy, c'est que l'enquête fleuve des juges financiers a mis au jour un faisceau d'éléments qui dépasse largement les déclarations de Takieddine. 

Des réunions secrètes de Claude Guéant et Brice Hortefeux avec le régime libyen, des transferts d'argent vers des proches de l'ancien chef de l'État, du cash qui circulait dans son équipe de campagne en 2007, une ébauche de négociation pour absoudre un proche de Khadafi condamné pour terrorisme… Aucune preuve matérielle d'un transfert d'argent, mais le pacte de corruption a valu à Nicolas Sarkozy sa mise en examen pour "association de malfaiteurs" de début octobre.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/