2 min de lecture Laïcité

Affaire Mila : Olivier Bost dénonce une "gestion calamiteuse" de la classe politique

ÉDITO - Mila, une adolescente, a été menacée de mort pour avoir tenu des propos insultants envers l'islam sur son compte Instagram. À la suite de ces menaces, deux enquêtes ont été ouvertes.

L'Edito Politique - Olivier Bost L'Edito politique Olivier Bost iTunes RSS
>
Affaire Mila : "Il faut une parole claire" sur la laïcité, estime Bost Crédit Image : BAY ISMOYO / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
L'Edito Politique - Olivier Bost
Olivier Bost
édité par Venantia Petillault

Tout le monde n'est pas au clair sur la laïcité. Mila est une adolescente qui a posté une vidéo sur les réseaux sociaux où elle s'en prend avec virulence et vulgarité à l'islam : elle fait du Charlie Hebdo, peut-être sans le savoir. Cela lui vaut en retour, une avalanche de menaces de mort, à tel point qu'elle est déscolarisée un moment et poursuivie en justice. 

Car le procureur, s'il a ouvert une enquête pour "menaces de mort", a aussi ouvert une enquête visant l'adolescente pour "provocation à la haine raciale". Dans les jours qui suivent, le secrétaire général du CFCM, le Conseil français du culture musulman, Abdallah Zekri, a dit à propos de Mila : "Elle l'a cherché, elle assume". Lui, n'est pour l'instant pas poursuivi pour incitation à la violence. La ministre Marlène Schiappa a quant à elle condamné des propos criminels.

Marine Le Pen a été la première a avoir manifesté son soutien à Mila. Le reste de l'échiquier politique a largement laissé le champ libre au Rassemblement national, avant de commencer à s'émouvoir de ce qui s'est passé.

Le délit de blasphème n'existe pas en France

Jusqu'à des paroles, choquantes, de la part de la ministre de la Justice, Nicole Belloubet, qui a ensuite plaidé la maladresse : "L'insulte a la religion est évidemment une atteinte à la liberté de conscience". Justement, non. Le délit de blasphème n'existe pas en France. On peut critiquer une religion, pas ses croyants. 

À lire aussi
L'église de Lafrançaise est au coeur de la polémique Tarn-et-Garonne
Les infos de 8h - Municipales 2020 : l’évêque de Montauban créé la polémique

Ce que révèle l'affaire Mila c'est le malaise profond que traverse les politiques. Tout le monde prend beaucoup trop de précautions, de peur de l’amalgame ou de peur d'être taxé d'islamophobie. C'est comme si nos gouvernants avaient intégré une contrainte, une rhétorique, utilisée par les islamistes. Cette idée que critiquer l'islam, reviendrait à s'en prendre aux musulmans, une forme de racisme déguisée.

Emmanuel Macron estime qu'il parle tout le temps de laïcité. Il explique que ceux qui veulent parler de laïcité, veulent en réalité parler de l'islam et de la République. L'affaire Mila prouve, par sa gestion calamiteuse, par sa violence et par l’ambiguïté des uns et des autres, qu'il faut une parole claire sur ces sujets.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Laïcité Religions Islam
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants