2 min de lecture Manifestations

17 novembre : la perspective du blocage ne fait pas le bonheur de toute l'opposition

La contestation qui s'organise le samedi 17 novembre peut apparaître comme du pain bénit, à première vue, pour "les oppositions"… Ou pas ! À la France insoumise, on éprouve quelques difficultés à se positionner face à un mouvement apparemment spontané, mais qui a très vite été soutenu par le Rassemblement national.

Pauline de Saint-Remy Les Indispensables Pauline De Saint-Rémy
>
Le mouvement du 17 novembre ne fait pas le bonheur de toute l'opposition Crédit Image : THIERRY ZOCCOLAN / AFP | Crédit Média : RTL | Durée : | Date :
La page de l'émission
Pauline de Saint-Remy
Pauline De Saint-Rémy
et Clémence Bauduin

Parmi les figures de l'opposition qui encouragent le mouvement de contestation du 17 novembre, il y a d'abord ceux qui sont sans ambiguïté - c’est le moins qu’on puisse dire - comme le patron de Debout la France, Nicolas Dupont-Aignan. Ce dernier est allé jusqu'à appeler les Français, lundi 5 novembre sur RTL, à "klaxonner à tous les carrefours" pour faire part de leur colère. Et puis il y a les autres, en réalité plus nombreux.

Jean-Luc Mélenchon, par exemple, rêve d’une "coagulation" des luttes depuis le début du quinquennat. Alors la tentation est grande, bien sûr, mais le patron de la France insoumise s’est pourtant contenté d’un simple "soutien" aux Français en colère - une colère "juste et digne" selon lui. Le député des Bouches-du-Rhône n'appelle pas au blocage. 

Il a expliqué ses doutes, en meeting, à Lille, la semaine dernière, jusqu’à renvoyer dos à dos les pour et les contre de son camp. "Des fachos se sont mis dedans, c’est n’est pas bon pour la lutte. Parmi nos amis, certains veulent y aller. Je vais leur dire quoi ? De ne pas y aller ? Ils vont me répondre : 'Mais on est fachés, pas fachos !' D’autres ne veulent pas mettre un pied là où il y a des fachos. Le deux positions se valent en dignité."

À lire aussi
Un policier face à des "gilets jaunes" à La Rochelle lundi 19 novembre (image d'illustration) procès
"Gilets jaunes" : un automobiliste condamné à 6 mois de sursis après avoir renversé un policier

Pourquoi cette position inhabituellement tiède ?

D’abord, il y a une question de cohérence avec sa propre promesse, en 2017, de mettre fin à l’utilisation du diesel. Ensuite, il y a la refus, chez certains insoumis, de défiler avec le Rassemblement national. 

"Je ne me vois pas défiler à l’appel de Minute et avec Marine Le Pen", a écrit sur Facebook la députée insoumise Clémentine Autain. François Ruffin, lui, a déclaré avoir "envie d’en être".  Quant à Manuel Bompard, il tente, en guise de justification, le distinguo entre un mouvement d’initiative citoyenne et la "récupération" politique qui en est faite par "l’extrême-droite".

Soutien prudent également chez Les Républicains

Bien que Laurent Wauquiez ait été en pointe depuis quelques mois dans la dénonciation de la hausse des prix des carburants, le patron des Républicains a fini, après quelques jours d’une relative discrétion, par clarifier sa position mardi 6 novembre sur la manifestation du 17 novembre, à l’occasion de la réunion hebdomadaire des députés LR à l’Assemblée. 

Dénonçant un "marché de dupes" après l’annonce, le matin même, par Emmanuel Macron, d’un geste à l’intention des travailleurs modestes, il a donc appelé au soutien du mouvement - il devait même se rendre dans l’une des manifestations - mais pas, pour autant, au blocage des routes.

Au Parti socialiste, quand ça ne veut pas...

Comme l’a révélé une consœur de BFMTV, l’inauguration du nouveau quartier général du parti socialiste, qui était prévue justement le 17 novembre, est reportée, "en soutien aux Français". Décision prise dans la soirée du mardi 6 novembre en bureau national. Elle aura lieu au mois de décembre prochain

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Manifestations La France insoumise Marine Le Pen
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7795468097
17 novembre : la perspective du blocage ne fait pas le bonheur de toute l'opposition
17 novembre : la perspective du blocage ne fait pas le bonheur de toute l'opposition
La contestation qui s'organise le samedi 17 novembre peut apparaître comme du pain bénit, à première vue, pour "les oppositions"… Ou pas ! À la France insoumise, on éprouve quelques difficultés à se positionner face à un mouvement apparemment spontané, mais qui a très vite été soutenu par le Rassemblement national.
https://www.rtl.fr/actu/politique/17-novembre-la-perspective-du-blocage-ne-fait-pas-le-bonheur-de-toute-l-opposition-7795468097
2018-11-07 08:51:38
https://cdn-media.rtl.fr/cache/DLCO8rHBkeOl6wd_3ignjA/330v220-2/online/image/2018/0324/7792764656_un-ex-candidat-de-la-france-insoumise-se-rejouit-de-la-mort-d-arnaud-beltrame-image-d-illustration.jpg