3 min de lecture Justice

Terrorisme : un jihadiste mineur revenu de Syrie condamné à quatre ans de prison

Mohamed-Emine S. est parti à 15 ans en Syrie avec son père et son grand frère en octobre 2013 sur les terres du jihad. Il a été condamné par le tribunal pour enfants.

Les membres d'un groupe jihadiste, en Syrie, près d'Alep, le 19 juillet 2012.
Les membres d'un groupe jihadiste, en Syrie, près d'Alep, le 19 juillet 2012. Crédit : AFP
Ceciledeseze75
Cécile De Sèze
Journaliste RTL

Mineur au moment des faits, Mohamed-Emine S. a été jugé par le tribunal pour enfants. Mercredi 17 octobre, il est condamné à 4 ans de prison dont deux avec sursis et une mise à l'épreuve pour son départ à Raqqa en Syrie pendant un an et demi, révèle le Centre d'analyse du terrorisme (CAT), sur Twitter. 

Mohamed-Emine S. est parti avec son père Lofti et son grand frère Karim - condamnés à 8 et 10 ans de prison le 28 septembre dernier. Les trois hommes ont d'abord rejoint le groupe islamiste Ahrar al Sham puis l'État islamique, ils sont revenus en mai 2015, arrêtés par les autorités turques puis remis à la France dix jours plus tard. 


S'ils ont tenté de convaincre leurs interlocuteurs pendant les différents interrogatoires qu'ils ont quitté la France pour une mission humanitaire, notamment sauver Anass B. un ami proche du grand frère parti en terre de jihad, les éléments dans l'ordonnance de renvoi au tribunal correctionnel, que RTL.fr a pu se procurer, sont éloquents. 

À lire aussi
MHD, le rappeur français a été mis en examen justice
Rixe mortelle : le rappeur MHD présenté à un juge d'instruction

Des éléments accablants

D'abord, les témoignages de proches selon lesquels les frères se vantaient largement d'aller combattre en Syrie. Selon leur mère, avec qui ils ont gardé contact sur place, ils ont expliqué qu'ils "se devaient de combattre auprès de leurs frères au nom d'Allah".

Mais aussi, les mots clefs retrouvés dans les appareils que les deux frères utilisaient. Il est précisé que sur quelque 3.000 mots, 30 sont en rapport avec le jihad, par exemple : "sham, mécréant, armes, assaut, attaque, bombardement, cadavre, charia, juifs, Merah, munitions, terroriste, torturer, tuer..." Ces expressions ont notamment été retrouvées dans l'iPad utilisé par Mohamed-Emine et Karim. 

Dans leurs recherches Google Chrome, les enquêteurs ont aussi trouvé : "la devise syrienne et le dollar, les techniques de contre-interrogatoire, mort d'un responsable de l'État islamique par drone au Yémen..." Et sur un téléphone, des photos explicites, comme un cliché des frères Kouachi, les auteurs du carnage à Charlie Hebdo le 7 janvier 2015.

La panoplie du petit jihadiste en photo

Pour sa défense, Mohamed-Emine S., ou Abou Oussama, soutient que Daesh les obligeait à avoir ce genre de documents dans leurs appareils. Une version mise à mal par une conversation tenue avec sa cousine dans laquelle il critique ouvertement l'entraînement : "C'est nul". Et lorsque ces déclarations sont trop incriminantes, il répète "ne plus se souvenir des messages", détaille le document.

Sur place, il aurait participé aux combats. C'est en tout cas ce que laisse largement entendre des extraits de ses conversations par messages. Il parle d'abord d'entraînement : "On a tiré 5 balles à la kalash". 

Des photos retrouvées dans un téléphone le montrent en jihadiste armé d'un fusil d'assaut et d'une arme de poing. Un autre cliché le montre aussi avec un gilet tactique contenant plusieurs chargeurs. Le jeune nie en bloc, mais présente de nombreuses contradictions dans son discours qui ne convainc pas les juges d'instructions. 

Une famille plongée dans les thèses islamistes

La famille aurait adhéré aux thèses jihadistes bien avant la naissance de Daesh. L'ordonnance fait état d'une "documentation jihadiste" dans le foyer, particulièrement par le père présenté par son ex-femme et mère des enfants comme un "fou extrémiste dans la pratique de sa religion" qui avait "fait miroiter une place au paradis à ses enfants". C'est même la famille S. qui serait en fait à l'origine du départ d'Anass B. en Syrie.

De nombreux documents mettent "en évidence non seulement la radicalisation ancienne mais l'adhésion de Lofti S. aux thèses jihadistes et plus particulièrement à celles d'al-Qaïda, dès le début des années 2000", précise l'ordonnance. 

Des questions sur leur retour

Sur leur retour, les enquêteurs les soupçonnent d'avoir voulu commettre un attentat. D'autant qu'à cette époque, le groupe terroriste renvoyait les Français vers l'Europe dans le but de commettre des attaques ou de s'y regrouper. La famille a été arrêtée avec, sur elle, 8.300 euros et 3.700 dollars, ainsi qu'une documentation fournie relative au pilotage d'avions et aux explosifs. 

Sur un ordinateur avaient été découvertes des recherches Google Maps de l'emplacement de la Tour Eiffel et du pont d'Iéna à Paris, en plus de documents sur le 11 septembre et des indications sur le pilotage d'un Boeing. 

Mohamed-Emine S., comme son frère et son père, n'a pas convaincu les enquêteurs lorsqu'il a dit être parti pour des raisons humanitaires. Il n'a pas non plus réussi à persuader le tribunal pour enfants. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Justice Terrorisme Jihad
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7795252257
Terrorisme : un jihadiste mineur revenu de Syrie condamné à quatre ans de prison
Terrorisme : un jihadiste mineur revenu de Syrie condamné à quatre ans de prison
Mohamed-Emine S. est parti à 15 ans en Syrie avec son père et son grand frère en octobre 2013 sur les terres du jihad. Il a été condamné par le tribunal pour enfants.
https://www.rtl.fr/actu/justice-faits-divers/terrorisme-un-jihadiste-mineur-revenu-de-syrie-condamne-a-quatre-ans-de-prison-7795252257
2018-10-19 18:16:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/_UV3SXe8RUTD-SeFZv8jjQ/330v220-2/online/image/2017/0301/7787482090_les-membres-d-un-groupe-jihadiste-en-syrie-pres-d-alep-le-19-juillet-2012.jpg