4 min de lecture Jihad

Terrorisme : 4 informations à retenir sur le profil des jihadistes européens

ÉCLAIRAGE - Une étude sur les profils des jihadistes venus de 11 pays d'Europe a été publiée le 11 septembre. Elle permet d'établir une idée générale, tout en sachant qu'il n'existe pas de profil type de jihadistes, loin de là.

Un combattant de Daesh (illustration)
Un combattant de Daesh (illustration) Crédit : DELIL SOULEIMAN / AFP
Ceciledeseze75
Cécile De Sèze
Journaliste RTL

Le sujet est d'une complexité certaine. Il n'existe pas de profil type de jihadiste, ni français, ni européen. Toutefois, certaines expériences ou caractéristiques reviennent régulièrement chez certains candidats au jihad.

Le think-tank Globesc, qui s'intéresse aux questions de sécurité, de politique étrangère et des affaires européennes, a publié une étude le 11 septembre d'une quarantaine de pages sur les jihadistes européens, et s'est intéressé à leur profil.

Le rapport, Qui sont les jihadistes européens ?, s'articule autour de 11 pays (Autriche, Belgique, Bulgarie, France, Allemagne, Grèce, Irlande, Italie, Pays-Bas, Espagne et Grande-Bretagne), sachant qu'en Grèce, il ne s'agit pas de terroristes jihadistes dans ce document, mais de terroristes de l'ultra-gauche ou nationalistes. 

À lire aussi
Les quatre attentats-suicides du 11 septembre 2001 ont été revendiqués par al-Qaïda jihad
Jiihadisme: un Américain critique son expérience dans les rangs d'al-Qaïda


Il s'appuie sur les dossiers de 197 individus désignés comme jihadistes arrêtés en 2015 pour des faits de terrorisme et condamnés plus tard. Ils sont distingués en deux catégories : les jihadistes sans passé judiciaire, et ceux qui ont déjà été condamnés pour des crimes.

Ce rapport vient confirmer les données déjà martelées par les experts et spécialistes de la question à l'échelle de la France, à chaque fois que les jihadistes reviennent tristement au devant de la scène. Comme le fait qu'il existe effectivement un lien entre le crime et le terrorisme, notamment le grand banditisme, mais aussi quant au rôle de la prison dans la radicalisation.

Il n'y a pas de loup solitaire

C'est une théorie qui revient régulièrement en Europe, tout comme en France. L'hypothèse d'un "loup solitaire", soit d'un acteur terroriste qui aurait agi seul et sans influence d'un proche ou d'un groupe. C'est ce qui avait été imaginé pour l'attentat de Nice, le 14 juillet 2016, à propos de Mohamed Lahouaiej-Bouhlel, ou encore pour l'attaque des deux policiers à Magnanville

Pourtant, ces pistes de "loups solitaires" sont finalement vite écartées. En effet, ces terroristes, s'ils ne sont pas directement envoyés par l'organisation jihadiste à l'image des assaillants du Bataclan, sont inspirés par sa propagande, et notamment la consigne d'agir "dès qu'ils en ont la possibilité". Ainsi, pour Nice, l'attaque au camion-bélier était un mode opératoire conseillé par l'État islamique (EI). 

Dans son étude, le rapport de Globsec, compte que sur les 58 cas qui ont été arrêtés seuls - qui pourraient donc présenter un profil de "loup solitaire" - dans 34 cas, la famille était soit au courant des activités terroristes de l'individu, soit carrément impliquée. Dans les 24 autres exemples, ce sont des proches qui étaient aussi investis dans ces activités. 

Une histoire de famille

L'étude s'intéresse aussi aux influences de ces individus qui les mènent sur le chemin de la radicalisation. La conclusion de ces observations est que la famille et les amis sont impliqués de manière "prédominante" dans ce basculement idéologique. C'est le cas pour 26% des cas étudiés dans ce rapport, soit 52 sur 197. 

Une donnée qui se vérifie par des exemples tristement célèbres en France et en Belgique, notamment des fratries comme les Merah, Abdeslam, Abaaoud, Kouachi, El Bakraoui... 

Toutefois, le rapport précise que ce sont, d'après leurs calculs, les amis et connaissances qui seraient davantage impliqués dans la sphère terroriste avec l'individu arrêté, plus que la famille. Une donnée qui n'écarte pas les influences de recruteurs, la prison, internet...

Des Européens de naissance plus que des immigrés

"Avec moi il n'y aurait pas eu de terroristes migrants du Bataclan", clamait Marine Le Pen en avril 2017, alors dans la course pour la présidentielle. Une petite phrase qui laisse entendre qu'en fermant les frontières, on aurait échappé au pire attentat perpétré en France depuis la Seconde guerre mondiale. Là, le rapport vient démonter cette idée reçue. 

Comme le rappelle Globsec, "c'est devenu maintenant de notoriété publique que la majorité des actes jihadistes européens sont 'faits maison'". "C'est-à-dire perpétrés dans les frontières d'un pays par un ressortissant de ce pays contre ses propres concitoyens", explique le texte.

Les chiffres : 73% des individus de l'étude ont passé la plus grande partie de leur vie dans l'Union européenne. Le rapport souligne que très souvent, ces terroristes ont vécu dans le pays européen pendant une longue période avant "d'embarquer dans leur carrière terroriste." Et d'ajouter : "Au total, 101 (51% du total) des djihadistes étudiés
sont nés dans un État membre de l'UE."

La France, championne d'Europe du jihad

"La France déclare le plus grand nombre d'arrestations pour terrorisme à Europol". Selon l'étude, c'est l’Hexagone qui détient ainsi le record de jihadistes, 29%, soit 58 sur 197. C'est d'autre part, le pays européen qui a vu le plus grand nombre de ses ressortissants à prendre le chemin du jihad en zone irako-syrienne depuis 2014, date du discours déclencheur d'Abou Bakr Al-Baghdadi à Mossoul.

En France, le lien entre le délit et le terrorisme est étroit, montre encore le rapport. Ainsi, 50% de ces 58 jihadistes ont déjà été arrêtés dans le passé pour des délits de droit commun.

Le rapport ajoute, sur la France, que les cas sont "géographiquement groupés, c'est-à-dire qu'il y a de forts degrés de territorialisation". Un lien entre pauvreté et terrorisme est aussi établi lorsque le rapport résume : "Plus les criminels sont célèbres et riches, moins ils ont de chance de devenir de futurs terroristes". Une remarque évidemment à nuancer et à ne pas caricaturer.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Jihad Terrorisme Europe
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7794747693
Terrorisme : 4 informations à retenir sur le profil des jihadistes européens
Terrorisme : 4 informations à retenir sur le profil des jihadistes européens
ÉCLAIRAGE - Une étude sur les profils des jihadistes venus de 11 pays d'Europe a été publiée le 11 septembre. Elle permet d'établir une idée générale, tout en sachant qu'il n'existe pas de profil type de jihadistes, loin de là.
https://www.rtl.fr/actu/justice-faits-divers/terrorisme-4-informations-a-retenir-sur-le-profil-des-jihadistes-europeens-7794747693
2018-09-12 17:54:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/99dtzw4WicPWkEnUhso2jw/330v220-2/online/image/2016/0606/7783524259_000-nic6467871.jpg