2 min de lecture Justice

Tariq Ramadan : "J'aurais dû dire la vérité", reconnaît l'islamologue

L'islamologue de 57 ans s'est défendu vendredi des accusations de viols, se disant victime d'un "traquenard', même s'il reconnaît avoir menti pour "protéger sa famille".

Tariq Ramadan, le 30 août 2019 à Paris
Tariq Ramadan, le 30 août 2019 à Paris Crédit : Martin BUREAU / AFP
Thomas Pierre
Thomas Pierre Journaliste

"C'était une erreur". Tariq Ramadan est sorti du silence vendredi. L'islamologue de 57 ans conteste fermement les accusations de viols qui pèsent contre lui de la part de quatre femmes, mais reconnaît avoir menti. Accusé de viol par plusieurs femmes, l'islamologue, marié, a d'abord nié tout rapport sexuel avec elles, avant d'être contredit par l'enquête et plaide désormais des "relations consenties". 

"J'ai voulu me protéger et protéger ma famille. C'était une erreur, j'aurais dû dire la vérité", admet-il. "Dans ma vie j'ai été en contradiction avec certains de mes principes", assume-t-il encore."J'ai des excuses à présenter à ma famille, à Dieu et à tous ceux qui dans la communauté musulmane ont pu être déçus". 

Pour autant, s'agissant des témoignages de ses accusatrices, Tariq Ramadan ne compte pas rendre les armes et entend mener le "combat de l’innocence" jusqu'à son terme judiciaire. "Je ne vais rien lâcher", assure-t-il. 

Victime d'un "traquenard"

Au centre d'une enquête qui a mis au jour des contradictions chez ses accusatrices, Tariq Ramadan se dit en effet victime d'un "traquenard". "Les femmes ont menti (...) C'étaient elles qui manipulaient, c'étaient elles qui planifiaient", accuse-t-il à son tour. 

À lire aussi
Mathieu Valbuena et Karim Benzema le 10 juin 2014 Affaire Valbuena
"Sextape" de Valbuena : décision-clé de la Cour de cassation lundi pour Benzema

"Il n'y a pas de viols", affirme-t-il s'agissant des trois plaignantes entendues par les enquêteurs. Mi-juillet, une quatrième femme a dénoncé un viol qui aurait été commis le 23 mai 2014 par l'islamologue et un de ses amis au Sofitel de Lyon. Ici aussi, rien n'est fondé affirme-t-il sur RMC : "Le 23 mai 2014, je suis en train de donner une conférence à Baltimore (...) Je n'ai pas le don d'ubiquité".

En réalité, l'islamologue était présent à cet événement le 24 mai. Selon une source proche du dossier à RTL, Tariq Ramadan a pris l'avion de Londres le 23 mai à 16h, et à conservé le boarding pass du vol.

Tariq Ramadan a été mis en examen en février 2018. Après presque dix mois de détention, il a été libéré mi-novembre avec interdiction de quitter le territoire.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Justice Tariq Ramadan Enquête
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants