1 min de lecture Tariq Ramadan

Tariq Ramadan assiste à une conférence sur les violences faites aux femmes

L'islamologue Tariq Ramadan, mis en examen pour deux viols, a suscité l'indignation en assistant à une conférence sur les violences faites aux femmes, ce lundi 18 mars.

Tariq Ramadan, le 7 avril 2012
Tariq Ramadan, le 7 avril 2012 Crédit : JACQUES DEMARTHON / AFP
Sarah Duhieu
Sarah Duhieu
et AFP

Sa présence a suscité l'indignation. L'islamologue suisse Tariq Ramadan, mis en examen pour viols, a assisté ce lundi 18 mars à une conférence contre les violences faites aux femmes, à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis). La municipalité (PCF) a condamné une "provocation inacceptable".

"Ni la municipalité ni les participant.e.s n'avaient invité monsieur Ramadan à venir ni même souhaité sa présence", a-t-elle déclaré dans un communiqué, rappelant qu'il n'est cependant "pas possible de faire sortir par la contrainte physique un participant à une réunion publique." Devant son refus de quitter la salle, plusieurs personnes ont décidé de partir.

Tariq Ramadan, 56 ans, est mis en examen depuis le 2 février 2018 pour deux viols, dont un sur personne vulnérable, des accusations qu'il conteste. "Ses provocations ignobles doivent s'arrêter", a déclaré la maire de la ville, appelant l'intellectuel suisse à "respecter un minimum de décence en laissant en paix celles et ceux qui se battent contre les violences faites aux femmes."

Quelque 70 personnes assistaient à cette réunion publique sur le thème "lutter contre les violences envers les femmes au quotidien", organisée à la mairie de Saint-Denis. Tariq Ramadan est domicilié dans cette ville depuis sa libération conditionnelle, mi-novembre.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Tariq Ramadan Femmes battues Viol
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants