3 min de lecture Nantes

Steve : visée par l'IGPN et le gouvernement, la mairie de Nantes répond aux attaques

La mairie de Nantes, mise en cause par l'enquête de l'IGPN sur l'organisation et la sécurisation de la soirée où Steve a disparu, a réagi mercredi 31 juillet, assurant avoir mis en place un dispositif de sécurité ce soir-là même si elle est "juridiquement non compétente".

Un avis de recherche pour tenter de retrouver Steve, disparu depuis la Fête de la Musique à Nantes le 21 juin 2019
Un avis de recherche pour tenter de retrouver Steve, disparu depuis la Fête de la Musique à Nantes le 21 juin 2019 Crédit : LOIC VENANCE / AFP
Eleanor Douet
Eléanor Douet

Mardi 30 juillet, quelques heures seulement après avoir appris que le corps retrouvé dans la Loire en début de semaine était bien celui de Steve Maia Caniço, le premier ministre Édouard Philippe a rendu publiques les conclusions de l'enquête de l'IGPN sur l'intervention de la police le soir de la Fête de la musique à Nantes, où le jeune homme avait disparu. 

Si l'IGPN estime que l'intervention était "justifiée" et non "disproportionnée", elle pointe du doigt l'organisation de cette soirée. "S’il y a eu affrontements entre fêtards et entre cinq et onze personnes tombées à l’eau, c’est bien parce que la mairie de Nantes n’avait mandaté que deux agents de sécurité et qu’elle avait fait positionner des barrières le long d’une partie seulement du quai Wilson", souligne-t-elle.

Des suspicions qui ont poussé Édouard Philippe a saisir l'Inspection générale de l'administration pour "comprendre les conditions d’organisation de l’événement par les pouvoirs publics, mairie et préfecture, ainsi que les organisateurs privés". 

Après 5 semaines d'enquête, l'IGPN n'est toujours pas en mesure de dire ce qui s'est passé

Joanna Rolland, la maire de Nantes
Partager la citation

Des accusations auxquelles la mairie de Nantes a répondu mercredi 31 juillet. Sur Twitter, la maire de la ville Joanna Rolland a affirmé : "Plus que jamais l'heure n'est pas à la polémique mais à la recherche de la vérité".

À lire aussi
Nantes, en Loire-Atlantique faits divers
Nantes : les pompiers viennent pour une fuite, ils découvrent un corps momifié

Et d'ajouter : "Je constate qu'après 5 semaines d'enquête, l'IGPN n'est toujours pas en mesure de dire ce qui s'est passé dans la nuit du 21 au 22 juin dernier sur le quai Wilson à Nantes. C'est pour le moins troublant et inquiétant".

De son côté, Gilles Nicolas, l'adjoint au maire à la Sécurité à Nantes, a réagi dans le détail aux conclusions de l'IGPN auprès de franceinfo. "La Fête de la musique, nous l'organisons dans le centre-ville où je prends un arrêté, des mesures anti-intrusion et où l'on met en place notre police municipale. Pour les 'sound-systems' qui s'installent sur le quai Wilson (où à disparu Steve, ndlr), la Ville ne délivre aucune autorisation car cela relève de la police spéciale du préfet relative à l'organisation des 'free parties'", souligne-t-il.

"Bien que juridiquement non compétente, la Ville reconduit chaque année un dispositif de prévention avec un canot de sauvetage et deux agents de sécurité qui sont là pour faire la liaison avec le poste de secours situé dans le Hangar à bananes (une ancienne friche portuaire située sur l'île de Nantes où sont aujourd'hui installés bars, restaurants et discothèque et connue pour être animée de jour comme de nuit).

Malgré les conclusions de l'enquête de l'IGPN le déroulé de la soirée du 21 au 22 juin dernier reste flou. L'enquête judiciaire conduite par deux juges d'instruction devrait permettre de faire la lumière sur les circonstances de la mort de Steve Maia Caniço.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Nantes Disparition Loire-Atlantique
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants