2 min de lecture Strasbourg

Séismes à Strasbourg : des "écarts" commis par la centrale géothermique

Selon la préfecture, les résultats de l'enquête menée sur la centrale Fonroche Géothermie montrent "deux écarts". Une "faute" selon la préfète, qui n'exclut pas des poursuites.

Le séisme de Strasbourg est parti de cette centrale de géothermie profonde
Le séisme de Strasbourg est parti de cette centrale de géothermie profonde Crédit : Yannick Olland / RTL
Coline Daclin et AFP

Les séismes qui ont ébranlé l'agglomération strasbourgeoise le 4 décembre dernier interrogent. Les travaux d'une centrale géothermique, dirigée par l'entreprise Fonroche Géothermie, avaient été mis en cause dans ces tremblements de terre. Le projet a donc été arrêté. 

Mercredi 30 décembre, la préfecture du Bas-Rhin a présenté les conclusions d'une enquête administrative sur le phénomène. La préfète Josiane Chevalier a indiqué qu'il y avait eu "des écarts importants par rapport à l'autorisation" accordée à l'entreprise Fonroche Géothermie. Elle a qualifié ces écarts de "faute", et n'exclut pas d'entamer des poursuites.  

La préfecture et la Direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du logement (Dreal) a cependant souligné que le lien de cause à effet entre ces "écarts" et les séismes n'était pas établi. Un "comité d'experts" doit être mis en place "en début d'année" 2021 pour se pencher sur cette question. 

Un forage trop profond, et trop de pression d'eau

"Cette analyse a mis en évidence deux non-conformités", a détaillé Hervé Vanlaer, directeur de la Dreal du Grand Est. D'abord, "un forage plus profond que prévu". L'entreprise aurait en effet creusé jusqu'à 5 000 mètres, contre une autorisation à "4 200 mètres, avec une tolérance de 600 mètres". 

À lire aussi
Un livreur Deliveroo à Bordeaux en mars 2017 (illustration) livraisons
Strasbourg : deux restaurateurs portent plainte contre un livreur Deliveroo pour antisémitisme

Le problème, c'est que l'entreprise aurait ainsi pénétré dans une couche de granit, qui "peut avoir des réactions sismiques plus importantes", selon Hervé Vanlaer.

Le deuxième "écart" relevé par l'enquête concerne la pression à laquelle l'eau prélevée en profondeur était ensuite réinjectée vers le sous-sol. "Il était prévu de ne pas dépasser 100 bars de pression en tête de puits, mais en novembre 2019 et août 2020, il a été constaté des pressions supérieures, de 150 et 140 bars" respectivement, a exposé le directeur de la Dreal. 

En novembre 2019, un premier séisme de magnitude 3,1 avait déjà été enregistré à 5 kilomètres du site de géothermie. Son origine, naturelle ou liée à l'activité humaine, n'est pas définie avec certitude. 

La société de géothermie se défend

De son côté, Jean-Philippe Soulé, le directeur de Fonroche Géothermie, a fermement contesté les conclusions de l'enquête. Initialement, "on a foré jusqu'à 4 700 mètres de profondeur", a-t-il assuré. La prolongation du forage, jusqu'à 5 000 mètres, aurait été réalisée plus tard, à partir de fin janvier 2020.  

"Cette extension, ce n'est pas pour nous permettre de produire, c'est une extension à des fins de recherche de données scientifiques, réalisée dans le cadre d'une expertise mandatée par la préfecture elle-même", pour déterminer les causes du séismes de novembre 2019, a-t-il poursuivi auprès de l'AFP.
 
Au sujet de la limite de pression de l'eau, le directeur de Fonroche Géothermie soutient que la limite des 100 bars s'applique à la pression mesurée à l'extrémité basse du puits injecteur, et pas en tête de puits. Ce qui autoriserait de fait des surpressions en surface. 

En attendant de faire la lumière sur les événements, les opérations de mise à l'arrêt de la centrale se poursuivent. "On a fait à peu près la moitié du chemin" a précisé Hervé Vanlaer. Les trois autres projets de développement de centrales géothermiques dans le département ont aussi été suspendus. A Noël, une nouvelle secousse de magnitude 2,5 a été enregistrée dans le département.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Strasbourg Séisme Centrale
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants