1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Sarkozy condamné : "On n'est pas dans une situation de vengeance", dit le procureur national financier
2 min de lecture

Sarkozy condamné : "On n'est pas dans une situation de vengeance", dit le procureur national financier

INVITÉ RTL - Jean-François Bonhert, procureur national financier, réagit pour la première fois à la condamnation de Nicolas Sarkozy dans l'affaire des "écoutes" et "affirme haut et fort" qu'il a été jugé comme n'importe quel Français.

Jean-François Bonhert, procureur national financier
Jean-François Bonhert, procureur national financier
Crédit : RTL
Sarkozy condamné : "On n'est pas dans une situation de vengeance", dit le procureur national financi
13:41
Sarkozy condamné : "On n'est pas dans une situation de vengeance", dit le procureur national financier
13:41
Yves Calvi - édité par William Vuillez

Au lendemain de la condamnation à trois ans de prison dont un ferme de Nicolas Sarkozy dans l'affaire dite des "écoutes", Jean-François Bonhert, procureur national financier était l'invité de RTL ce mardi 2 mars. 

"On nous a accusé de vacuité. On nous a dit que ce dossier était vide. Je rappellerais que le parquet a requis à l'audience pendant 5 heures. 5 heures de démonstration", a-t-il dit répondant à de nombreuses accusations visant le PNF. Une conversation entre un client et son avocat peut donc être utilisée contre lui, "à partir du moment où on nous donne le feu vert au plan de la jurisprudence. Ça ne me choque pas dès lors que la loi le permet", poursuit Jean-François Bonhert. 

Alors que les méthodes du parquet national financier sont contestées, il a rappelé que "le PNF ne fait pas de politique. Le PNF connait des infractions économiques et financières. Nous ne faisons pas de politique et ne cherchons pas à rentrer dans un débat quelconque". 

Sarkozy jugé "comme n'importe quel Français"

"Nous avons appliqué le code pénal. Nous sommes en présence de faits qualifiés de corruptionde trafic d'influence, de violation de secret professionnel", ajoute encore Jean-François Bonhert qui a ensuite répondu à des accusations d'acharnement envers Nicolas Sarkozy, qui a un certain passif avec une partie de la justice française. "Pour moi ce n'est pas le sujet. Au mois de décembre, je lui ai dit les yeux dans les yeux que mon parquet n'entendait pas mener une fronde contre lui et qu'on n'était pas dans une situation de vengeance", dit-il.
"Lorsqu'il y a quelques années j'étais en tribunal en région, lorsque je requérais contre des voleurs à la roulotte, je le faisais de la même manière". Nicolas Sarkozy a donc été jugé comme n'importe quel Français ? "Je l'affirme haut et fort", dit le procureur national financier.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/