2 min de lecture Faits divers

Samuel Paty : la collégienne à l'origine de la polémique avoue avoir menti

VU DANS LA PRESSE - "Je n'étais pas là le jour des caricatures", a avoué la collégienne à l'origine de la polémique Samuel Paty. Un mensonge aux conséquences tragiques pour ce professeur sauvagement assassiné le 16 octobre dernier.

De nombreux hommages ont été rendus à Samuel Paty, professeur assassiné le 16 octobre 2020
De nombreux hommages ont été rendus à Samuel Paty, professeur assassiné le 16 octobre 2020 Crédit : FRANCOIS LO PRESTI / AFP
Marie Gingault
Marie Gingault

L'adolescente de 13 ans, à l'origine de la polémique autour des caricatures montrées par Samuel Paty à ses élèves, a avoué avoir menti. "Je n'étais pas là le jour des caricatures", a-t-elle concédé lors de sa mise en examen pour "dénonciation calomnieuse".

Un mensonge lourd de conséquences. Samuel Paty a été tué suite au mensonge d'une collégienne qui ne voulait pas décevoir son père, révèle Le Parisien. La jeune fille avait accusé le professeur Samuel Paty d'avoir stigmatisé les élèves musulmans lors de son cours sur la liberté d'expression, dispensé le 6 octobre, soit dix jours avant son terrible assassinat. 

D'après les dires mensongers de l'élève, le professeur d'histoire aurait demandé aux musulmans de lever la main avant de les faire sortir de classe pour pouvoir montrer aux autres élèves une caricature du prophète Mahomet nu, publié par le journal satirique Charlie Hebdo. La collégienne avait ensuite indiqué qu'après avoir signifié sa désapprobation, elle aurait reçu une exclusion de deux jours. Or, si elle a effectivement été exclue, la raison était en réalité tout autre. 

Je n'étais pas là le jour des caricatures

Partager la citation

Comme le soulignent nos confrères, l'élève a avoué avoir menti sur sa version des faits, d'abord en garde à vue, puis devant le juge antiterroriste : "Je n'étais pas là le jour des caricatures", a-t-elle reconnu. Un aveu qui change tout, puisque c'est de là qu'est partie la polémique qui s'est conclue par le décès tragique de l'enseignantle 16 octobre 2020.

À lire aussi
santé
Les tentatives de suicide prennent "une ampleur inhabituelle", alerte une pédopsychiatre

L'exclusion de l'adolescente était en réalité due à son mauvais comportement. Absente du collège pendant deux jours, elle n'a donc jamais vu les caricatures. C'est l'une de ses camarades qui lui a raconté lors de son retour dans l'établissement. Un mensonge dans lequel s'est embourbé la jeune fille, qui n'aurait pas osé avouer à son père le réel motif de son exclusion temporaire. "Si je n'avais pas dit ça à mon père il n'y aurait pas eu tout ça et ça n'aurait pas pris cette ampleur", regrette-t-elle. 

En effet, son père, Brahim Chnina avait, suite aux révélations de sa fille, raconté l'histoire sur les réseaux sociaux. Faisant part de sa colère, il avait appelé à une mobilisation contre le professeur. Après de nombreux postes, un mouvement de haine s'est créé et le 16 octobre 2020, Samuel Paty était sauvagement assassiné devant le collège de Conflans-Sainte-Honorine où il enseignait.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Faits divers Assassinat Terrorisme
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants