2 min de lecture Terrorisme

Samuel Paty : son cours avait fait l'objet d'une note du renseignement territorial

VU DANS LA PRESSE - Le professeur d'histoire-géographie a été assassiné le vendredi 16 octobre, deux semaines après un cours durant lequel il avait présenté des caricatures du prophète Mahomet.

Une note avait été rédigée par le renseignement territorial des Yvelines suite au cours de Samuel Paty (illustration).
Une note avait été rédigée par le renseignement territorial des Yvelines suite au cours de Samuel Paty (illustration). Crédit : DENIS CHARLET / AFP
Florine Boukhelifa Journaliste

L'enquête sur l'assassinat de Samuel Paty progresse. Après le meurtre du professeur d'histoire-géographie à proximité du collège dans lequel il enseignait à Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines) vendredi 16 octobre, de nouveaux éléments apparaissent. Notamment une note rédigée par le renseignement territorial des Yvelines.

Intitulée "Incident en lien avec les principes de laïcité au sein du collège du Bois d'Aulne" et datée du 12 octobre, le document retrace la chronologie des événements, révèle BFMTV qui a pu y avoir accès. Tout commence le 5 octobre dernier quand Samuel Paty donne un cours sur la liberté de la presse à ses élèves, s'appuyant sur des caricatures du prophète Mahomet pour illustrer ses propos. L'enseignant, qui demande tout d'abord si des élèves de confession musulmane sont présents, propose à ceux qui pourraient se sentir offensés de "fermer les yeux ou de sortir de la classe quelques secondes". Des préconisations corroborées par l'accompagnante d'un élève de la classe en situation de handicap.

Pas de tension majeure mais des craintes de sit-in

Dès le lendemain, le 6 octobre, une mère de famille en pleurs contacte la principale du collège du Bois-d'Aulne, rapportant que sa fille avait dû se rendre dans le couloir sous prétexte qu'elle était musulmane, et que celle-ci vivait cette situation "comme une discrimination". La cheffe d'établissement demande alors à l'enseignant de la rencontrer en fin de semaine. Samuel Paty revient également sur ce cours avec ses élèves afin d'apaiser la situation et "s'excuse s'il a été maladroit". Des messages anonymes de protestation arrivent sur la boîte mail du collège dès le 7 octobre. L'un d'eux s'interroge : "Face au climat actuel de la France où un climat d'islamophobie s'est installé, pourquoi cherchez-vous à diviser en plus dès le plus jeune âge ?".

La note évoque également la rencontre entre la principale et deux hommes nommément cités : le père de la jeune fille et un autre se présentant comme le responsable des imams de France. Ce dernier est Adbelhakim Sefriouiconnu des services de renseignements comme militant islamiste et placé en garde à vue dans le cadre de l'enquête sur le meurtre de Samuel Paty. Aucune menace envers l'enseignant n'est relevée, mais les deux hommes veulent solliciter les médias.

À lire aussi
Un agent de la police nationale (illustration) police
Les infos de 12h30 - Violences policières : un homme roué de coups à Paris

La communication entre la direction de l'établissement et les familles a permis d'apaiser la situation selon le document qui ne fait état d'"aucune tension palpable majeure". Cependant, la note fait état de craintes de sit-in devant le collège.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Terrorisme Justice Renseignement
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants