1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Oise : alcoolisé, un homme fabrique une bombe factice "pour passer le temps"
2 min de lecture

Oise : alcoolisé, un homme fabrique une bombe factice "pour passer le temps"

VU DANS LA PRESSE - Fortement alcoolisé et déboussolé, l'homme a confectionné un faux engin explosif qu'il a déposé au pied d'un immeuble car il "s'ennuyait".

Une voiture de la police municipale (Image d'illustration).
Une voiture de la police municipale (Image d'illustration).
Crédit : Nicolas Guyonnet / Hans Lucas via AFP
Charlène Slowik

Son ADN a permis de le retrouver. Soufiane G., 44 ans, a été interpellé mercredi dernier et jugé dans la foulée, ce jeudi 30 juin, par le tribunal de Compiègne. À la barre, l’homme ne semble pas réaliser les conséquences de son acte. Il a été condamné à 18 mois de prison, dont six ferme, pour avoir fabriqué une bombe factice, qu’il avait abandonnée au pied d’un immeuble le 23 février dernier.

Ce jour-là, après avoir bu des cannettes de bière et une flasque de whisky, Soufiane G utilise une boîte de conservation en plastique ainsi que les canettes de bière et la flasque qu’il avait terminé pour fabriquer une bombe. Selon les informations du Parisien, il s'aide également d'une bobine d’aspirateur ainsi que des câbles de téléphone, qu’il avait dénudés. Le tout assemblé avec un bouton-poussoir, ressemblait à s’y méprendre à un engin explosif artisanal.

L'homme va ensuite déposer le tout sur une zone d'herbe à proximité d'une école et d'une église, endroit qui a suscité la stupeur du parquet. "Vous vous rendez compte ? Elle était à 30 mètres d’une église et à 15 mètres d’une école, à la vue de tous, en plein après-midi ! C’est un cantonnier qui l’a trouvée, à 2 mètres d’un compteur à gaz", souligne Marie-Céline Lawrysz, procureure de la République. "Cet engin a fait peur, il a terrorisé tout un quartier", poursuit-elle.

"Je m’ennuyais, c’était pour passer le temps", répond l'accusé. "Je n’ai pas réfléchi. J’ai ramassé des trucs par terre à gauche et à droite après avoir terminé mon pack de bières", explique-t-il. Pourtant, la police a bien cru à une réelle attaque. À l'époque des faits, la barre d’immeuble est évacuée, la police boucle le quartier et ferme la circulation. Une équipe de déminage est réquisitionnée. Pendant trois heures, les habitants retiendront leur souffle.

Un homme "abandonné par la société"

À écouter aussi

"On a ouvert une enquête pour menaces de mort qui était suivie par la DGSI et la cellule antiterroriste", martèle la procureure afin de faire comprendre à l'accusé la gravité de la situation. "Au moment de votre interpellation, ce mercredi, on craignait de se retrouver face à un individu radicalisé", précise-t-elle. Finalement, les policiers sont tombés sur un homme oisif, sans emploi depuis au moins deux ans, vivant du RSA dans un appartement qu’il partage avec sa mère.

"La société l’a abandonné, rien n’a été fait pour le remettre sur les rails", plaide son avocate, Chloé Tourre. "Il a lâché prise, il consomme alcool et drogue et s’abrutit devant la télé. C’est juste un Géo Trouvetout alcoolisé qui avait l’impression de fabriquer quelque chose d’intelligent", défend-elle. "Vous auriez dû faire un château de canettes de bière, on n’en serait pas arrivé là", rétorque la présidente du tribunal, Laura Constantin.

Soufiane G était aussi déjà connu des services de police pour six mentions dans son casier judiciaire comprenant, entre autres, des violences sur conjoint ou encore des faits d'escroquerie. Il a été condamné à effectuer 175 heures de travail d’intérêt général en cinq semaines. Le prévenu a l'obligation de se soigner psychologiquement, de traiter ses addictions et devra trouver une formation professionnelle ou un travail dans un délai de deux ans.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/