1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Mort de Vanille à Angers : l'alerte enlèvement déclenchée trop tard ?
1 min de lecture

Mort de Vanille à Angers : l'alerte enlèvement déclenchée trop tard ?

Le dispositif "alerte enlèvement" est critiqué pour son échec face au meurtre de Vanille, 1 an. Pour autant, la petite semblerait avoir été tuée vendredi 7 février, quand sa mère avait sa garde.

Le foyer où réside la maman de Vanille, à Angers.
Le foyer où réside la maman de Vanille, à Angers.
Crédit : Nicolas Bauby / RTL
Alerte enlèvement pour Vanille, 1 an : premier drame après le déclenchement du dispositif
01:35
Alerte enlèvement pour Vanille, 1 an : premier drame après le déclenchement du dispositif
01:35
Alice Moreno - édité par Chloé Richard-Le Bris

Dénouement tragique à Angers après la disparition de Vanille, fillette de 1 an. L'alerte enlèvement avait été déclenchée samedi 8 février, au soir. La mère, interpellée dimanche matin dans un hôtel à Nantes, a finalement avoué avoir tué son enfant

Le corps a été retrouvé dans une benne à vêtements. L'enquête dira s'il était prudent de laisser cette femme qui souffrait de troubles psychiatriques seule avec son enfant, sans médiation. C'est la première fois en tout cas que le dispositif alerte enlèvement se solde par un drame.

C'est évidemment un échec de l'aveu même du procureur de la République d'Angers. Mais déclencher plus tôt l'alerte enlèvement n'aurait rien changé à l'issue dramatique de cette affaire, car avant même que les enquêteurs ne soient mis au courant de l'enlèvement de l'enfant, la petite Vanille était certainement déjà morte. 

La mère aurait tué sa fille vendredi, pendant la garde

D'après les premiers éléments de l'enquête, sa mère l'aurait tuée vendredi 7 février, en début d'après-midi, alors qu'elle avait la garde de sa fille pour quelques heures. Les services de police ne sont alertés que bien après, dans la soirée. Ils effectuent leurs premières recherches, analysent le risque effectivement encouru par la petite fille, condition sinéquanone pour mettre en place le dispositif. Ils décident finalement de déclencher le plan alerte enlèvement samedi soir.

À lire aussi

Faute d'avoir permis de sauver l'enfant, le dispositif a au moins servi à localiser la mère interpellée dimanche matin dans un hôtel de Nantes. Elle est passée aux aveux après plusieurs heures d'interrogatoire et a conduit les enquêteurs jusqu'au corps de sa fille, dans une benne à vêtements, à Angers.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/