1 min de lecture Faits divers

Mort d'une femme enceinte : "Rien à voir" avec l'affaire Naomi Musenga, dit le président du Samu

INVITÉ RTL - Selon le Dr François Braun, les deux affaires n'ont "rien à voir", et les circonstances du drame doivent être élucidées.

Julien Sellier L'invité de RTL Petit Matin Julien Sellier
>
Mort d'une femme enceinte : "Rien à voir" avec l'affaire Naomi Musenga, dit le président du Samu Crédit Image : LIONEL BONAVENTURE / AFP | Crédit Média : RTL | Durée : | Date :
La page de l'émission
RTL Petit Matin - Julien Sellier
Julien Sellier et Coline Daclin

De nombreuses questions se posent après le décès d'une femme enceinte de 24 ans dimanche 27 septembre en Charente-Maritime. Elle a été prise de malaises après une soirée au restaurant. Sa famille a appelé le Samu, et c'est seulement après trois appels qu'une ambulance a été envoyée. Mais il était trop tard pour la sauver.

Une affaire qui rappelle celle de Naomi Musanga, une Strasbourgeoise de 22 ans décédée en décembre 2017 après avoir également appelé le Samu. Les conversations avaient été dévoilées, dans lesquelles ont entendait les réponses sèches de l'opératrice du Samu. Les secours ne s'étaient pas déplacés.

Pour le docteur François Braun, président du SAMU-Urgences de France, il ne faut pas confondre les deux affaires. "Du peu d’information que j'ai, ça n'a rien à voir avec ce qu'il s'est passé à Strasbourg il y a quelques années", soutient-il au micro de RTL. 

Les opérateurs du Samu mieux formés

Alors qu'une enquête est en cours sur le décès de la jeune femme, il assure que "toute la lumière bien sûr doit être faite" sur les circonstances du drame, et qu'il faut "penser d’abord à la famille et aux proches".

À lire aussi
Des pompiers essayant d'éteindre un incendie qui s'est déclaré dans un entrepôt au Havre faits divers
VIDÉO - Le Havre : un important incendie dans un entrepôt, des centaines de riverains évacués

Après les failles révélées par le décès de Naomi Musanga, une nouvelle formation des opérateurs du Samu a été mise en place avec une "école des écoutants". Pour le président du Samu, cette formation était "indispensable" et elle est bien "plus approfondie" et "plus homogène" sur le territoire. 

François Braun assure que le Samu a également engagé un travail avec le gouvernement pour améliorer la gestion du service. Il prévoit notamment des recrutements avec "des objectifs extrêmement précis de 99% des appels décrochés dans les 30 secondes".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Faits divers Urgences Soin
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants