1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Marine Le Pen visée par un rapport européen de lutte contre la fraude
2 min de lecture

Marine Le Pen visée par un rapport européen de lutte contre la fraude

Plusieurs proches de la candidate du Rassemblement national sont visés par un rapport de l'Office européen de lutte anti-fraude. Pour rappel, Marine Le Pen est déjà mise en examen pour l'emploi d'assistants parlementaires au bénéfice du Front national.

Marine Le Pen lors d'une session du Parlement européen, en janvier 2017.
Marine Le Pen lors d'une session du Parlement européen, en janvier 2017.
Crédit : FREDERICK FLORIN / AFP
Benoît Leroy & AFP

Les autorités anti-fraude de Bruxelles ont déjà remis un rapport aux policiers français. Selon nos confrères de Mediapart, le parquet de Paris analyserait actuellement un rapport européen reprochant à la candidate d'avoir détourné plus de 135.000 euros pendant qu'elle était élue au Parlement européen, de 2004 à 2017.

Plusieurs élus, proches de la figure d'extrême droite sont également visés dans le rapport divulgué par nos confrères : Louis Aliot, Jean-Marie Le Pen ou encore Bruno Gollnisch (membre du bureau national du RN). Au total, le montant de la somme réclamée pourrait dépasser les 610.000 euros. Dans son document, l'Office européen de lutte anti-fraude (Olaf) est extrêmement clair quant à la suite à donner à ces révélations. 

Pour l'Olaf, ces faits "sont susceptibles de donner lieu à des poursuites pénales contre les anciens députés (…) pour les agissements frauduleux qu’ils ont commis au détriment du budget de l’Union" européenne.

Un remboursement litigieux en 2010

Dans le long rapport de plus de 110 pages, les gendarmes anti-fraudes européens rapportent plusieurs événements remboursés par Bruxelles et susceptibles d'être abusifs. Ainsi, Mediapart rapporte une facture de 5.000 euros de frais d'hôtels et de voyages en 2010. 

À lire aussi

Cette note de frais concernerait 13 militants du Front national qui, selon les dires de l'élue au moment d'obtenir le remboursement, venaient pour assister à une réunion organisée par le FN sur la "crise financière". Problème, dans un second temps, l'un de ces invités a expliqué avoir assisté à la préparation d'une élection interne au FN.

Pour obtenir le remboursement, l'élue FN aurait brièvement accroché au mur un drapeau européen afin de faire une photo, avant de le retirer. Un épisode contesté par la principale intéressée. Contactée, la défense de Marine Le Pen s'est étonné auprès de Mediapart de la "coïncidence" des révélations avec l'échéance électorale à venir. Selon Me Rodolphe Bosselut, l'élu n'a pas eu connaissance de ce rapport. 

Pour information, Marine Le Pen est d'ores et déjà mise en examen pour détournement dans l'affaire des assistants parlementaires européens employés pour le compte de son parti au lieu du travail législatif.

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/

Bienvenue sur RTL

Ne manquez rien de l'actualité en activant les notifications sur votre navigateur

Cliquez sur “Autoriser” pour poursuivre votre navigation en recevant des notifications. Vous recevrez ponctuellement sous forme de notifciation des actualités RTL. Pour vous désabonner, modifier vos préférences, rendez-vous à tout moment dans le centre de notification de votre équipement.