1 min de lecture Justice

Emplois présumés fictifs du RN : Jean-Marie Le Pen mis en examen

L'ancien président du Front national, devenu Rassemblement national, était entendu ce vendredi 13 septembre au tribunal de Paris dans l'affaire des emplois présumés fictifs du parti d'extrême droite au Parlement européen.

Jean-Marie Le Pen, le 9 janvier 2019
Jean-Marie Le Pen, le 9 janvier 2019 Crédit : Christophe ARCHAMBAULT / AFP
Photo Esther
Esther Serrajordia et AFP

Jean-Marie Le Pen a été mis en examen vendredi 13 septembre pour "détournements de fonds publics" et "complicité" de ce délit dans l'affaire des emplois présumés fictifs du parti d'extrême droite au Parlement européen.  

L'ancien président du Front national était entendu cet après-midi au tribunal de Paris par les juges d'instructions Claire Thépaut et Dominique Blanc sur les emplois de trois de ses assistants. Jean-Marie Le Pen a été interrogé pendant plus de quatre heures. Il avait déjà été convoqué le 11 avril dans cette affaire mais avait refusé de s'y rendre, se considérant encore protégé par son immunité d'eurodéputé. Cette dernière avait pourtant été levée par le Parlement européen, à la demande de la justice, le 12 mars. 

Jean-Marie Le Pen "est très fatigué par tout ceci", a déclaré son avocat, Maître Frédéric Joachim. "C'est une affaire de toute évidence politique voire politicienne", a-t-il poursuivi, dénonçant une "incursion du pouvoir judiciaire dans le pouvoir législatif". 

Une vingtaine de mises en examen déjà prononcées

Les magistrats instructeurs soupçonnent le Rassemblement national et ses dirigeants d'avoir mis en place "de manière concertée et délibérée" un "système de détournement" des enveloppes allouées par l'Union Européenne à chaque député pour rémunérer des collaborateurs parlementaires, afin de permettre au parti de faire des économies sur ses salaires

À lire aussi
Devant les locaux de "Charlie Hebdo", un mois après les attentats, le 7 février 2015 (archives). Attentats à Paris
Attentats de janvier 2015 : le procès se déroulera de mai à juillet 2020

Dans ce dossier, une vingtaine de mises en examen ont déjà été prononcées, dont celle de Marine Le Pen. Le parti a lui aussi été mis en examen. Le préjudice a été estimé par le Parlement européen à près de 7 millions d'euros pour la période 2009-2017. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Justice Procès emplois fictifs Jean-Marie Le Pen
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants