1 min de lecture Parlement européen

Soupçons d'emplois fictifs au Parlement européen : le FN mis en examen

Le parti frontiste a été mis en examen dans l'affaire des soupçons d'emplois fictifs au Parlement européen, a annoncé lé trésorier du Front national mardi 12 décembre.

Marine Le Pen et Wallerand de Saint-Just, lors d'une conférence de presse mercredi 22 novembre à Nanterre.
Marine Le Pen et Wallerand de Saint-Just, lors d'une conférence de presse mercredi 22 novembre à Nanterre. Crédit : JACQUES DEMARTHON / AFP
Ludovic Galtier
Ludovic Galtier
Journaliste RTL

Près de six mois après Marine Le Pen, le Front national, en tant que personne morale, a été mis en examen pour complicité et recel d'abus de confiance dans l'affaire des soupçons d'emplois fictifs au Parlement européen à la fin du mois de novembre, a annoncé le trésorier du parti Wallerand de Saint-Just. Dans une interview au Monde, qui révèle l'information, le président du groupe FN au Conseil régional d'Île-de-France a immédiatement minimisé l'ampleur de la nouvelle. "C'est la logique exacte de l'instruction", assure-t-il, déclarant dans le même temps avoir "contesté que le FN est bénéficiaire à mauvais droit d'argent du Parlement européen."

Dix-sept eurodéputés ou ex-eurodéputés FN, dont la présidente du FN Marine Le Pen et son père Jean-Marie Le Pen, sont visés par l'enquête, ouverte en 2015, qui porte sur au moins une quarantaine d'assistants. Ces derniers auraient travaillé pour le compte du parti au lieu des députés européens. Le Parlement européen estime le préjudice global subi à près de 5 millions d'euros, rappelle le quotidien du soir.

Certains documents, récoltés par les enquêteurs au cours des perquisitions successives, accréditent la thèse d'un détournement de fonds organisé par plusieurs cadres du Front national. "Ainsi, il apparaissait que, depuis 2012, le FN avait pour leitmotiv, par l’intermédiaire de ses cadres et sur avis de sa présidente, la volonté de réaliser des économies grâce aux financements du Parlement européen", écrivaient les policiers dans un rapport, cité par Le Monde, en décembre 2016. Ce calendrier judiciaire est une nouvelle épine dans le pied pour le FN, qui tente de faire oublier la crise politique dans laquelle il est embourbé depuis sa défaite à la présidentielle.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Parlement européen Europe Marine Le Pen
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants