1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Macron giflé dans la Drôme : y a-t-il eu une faille dans la sécurité ?
2 min de lecture

Macron giflé dans la Drôme : y a-t-il eu une faille dans la sécurité ?

ÉCLAIRAGE - Lors d'un déplacement à Tain-l’Hermitage, dans la Drôme, Emmanuel Macron a été agressé physiquement par un homme, qui est parvenu à lui infliger une gifle malgré la présence des services de sécurité du président de la République.

Emmanuel Macron entouré de gardes du corps lors d'un déplacement à Valenciennes, le 23 mars 2021
Emmanuel Macron entouré de gardes du corps lors d'un déplacement à Valenciennes, le 23 mars 2021
Crédit : Yoan VALAT / POOL / AFP
Macron giflé dans la Drôme : y a-t-il eu une faille dans la sécurité ?
02:27
Thomas Prouteau - édité par Cassandre Jeannin

Y a-t-il eu une faille dans la sécurité du président de la République, après que celui-ci s'est vu infliger une gifle par un homme lors d'un déplacement à Tain-l’Hermitage, dans la Drôme mardi 8 juin ? 

La protection du chef de l'État est assurée par le GSPR, le groupe de sécurité du président de la République, composée à 50/50 de policiers et de gendarmes. Leur mission est exactement d'éviter ce type d'agression physique sans parler des plus graves. Donc oui, c'est un raté.

La sécurité lors du déplacement d'Emmanuel Macron était visiblement en place. Avec le triangle d'abord, c'est-à-dire les trois gorilles qui forment la bulle autour du président. Il y avait également les policiers en civil placés dans la foule des badauds, que l'on voit d'ailleurs immédiatement ceinturer les suspects après la gifle. De deux choses l'une nous glisse un cadre de la sécurité, soit le gifleur était connu comme perturbateur et il n'avait rien à faire là, soit il était inconnu, mais dans ce cas son geste devait être rendu impossible.

Sur la vidéo on voit très nettement l'agresseur retenir le président par la main avant de lui infliger la gifle. Au même moment l'épaule, le garde du corps qui est plus près du président, tente de bloquer la main, un quart de seconde trop tard, et tire en arrière le chef de l'État.  C'est sans doute cette séquence que le chef de la sécurité du président va visionner en boule pour identifier la faille.

Les bains de foule comportent-ils des risques ?

À lire aussi

Tout est fait pour éviter les risques d'agression avec notamment des précurseurs qui viennent reconnaitre le terrain avant le déplacement et la fouille quasi-systématique des badauds. C'est le risque pour un chef d'État, qui vient distribuer les poignées de mains, de se trouver à portée de gifle. C'est pour cette raison que l'entourage d'Emmanuel Macron évoque un incident mineur

Quelles menaces pèsent sur le chef de l'Etat ?

La crise des "gilets jaunes" est déjà loin, le président peut désormais annoncer ses déplacements et déambuler dans les rues. En revanche, le risque terroriste est toujours considéré comme élevé qu'il soit islamiste ou d'extrême-droite. La sécurité autour du chef de l'État reste donc élevée, dans un contexte considéré jusqu'à hier comme apaisé.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/