1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Les infos de 8h - Marseille : les propriétaires rue d'Aubagne luttent contre les expropriations
2 min de lecture

Les infos de 8h - Marseille : les propriétaires rue d'Aubagne luttent contre les expropriations

Trois ans après les effondrements d'immeubles qui ont fait huit morts rue d'Aubagne, une bataille a vu le jour entre les propriétaires-occupants et les pouvoirs publics, qui souhaitent racheter les logements pour réhabiliter la rue.

Des immeubles se sont effondrés dans la rue d'Aubagne, à Marseille, le 5 novembre 2018
Des immeubles se sont effondrés dans la rue d'Aubagne, à Marseille, le 5 novembre 2018
Crédit : GERARD JULIEN / AFP
Les infos de 8h - Marseille : les propriétaires rue d'Aubagne luttent contre les expropriations
00:13:03
Le journal RTL de 8h du 05 novembre 2021
00:13:03
Hugo Amelin - édité par Nicolas Barreiro

Ce drame est devenu le symbole du mal-logement à Marseille. Le 5 novembre 2018, huit personnes mouraient dans l’effondrement de deux immeubles vétustes rue d’Aubagne. Trois ans plus tard, les pouvoirs publics ont racheté huit bâtiments dans cette rue pour reprendre la main sur ce quartier très fragilisé. Les expropriations viennent d’ailleurs de commencer, mais certains occupants refusent de quitter les lieux.

Quatre propriétaires dont Maël Camberlin vont contester ces expropriations devant la justice. Ils dénoncent entre autres des indemnisations trop faibles pour l'hypercentre de la deuxième ville de France. "Déjà, il y a une volonté pour certains de rester, notamment les propriétaires-occupants. Autrement, il y a le côté biens et argent, qui a des prix extrêmement bas. Cela va de 400 à 2.000 euros du m²", confie Maël. Concernant les travaux et les risques potentiels, il se veut rassurant. "C'est sous contrôle judiciaire. On ne va pas chercher, pour ceux qui veulent en faire (des travaux), à faire n'importe quoi".

Sur injonction de la justice, l'un de ces propriétaires a déjà réalisé des travaux dans son appartement à hauteur de 75.000 euros. Il risque tout de même l'expropriation. Il a écrit son amertume sur un drap blanc, flottant au milieu des volets clos. Des portes murées que les marchands de sommeil ont désertées. Ils ont été impunis pendant des années, ils sont désormais signalés au procureur. "Autour de 80 signalements ont été faits depuis juillet 2020. On a déjà obtenu une condamnation au pénal avec de la prison", affirme Patrick Amigo, adjoint au maire de Marseille, en charge de la politique du logement et de la lutte contre l'habitat indigne.

Le bémol de ce projet de réhabilitation de la rue d'Aubagne reste que seule une partie minime restera réservée aux logements sociaux, dans un centre-ville qui en compte déjà très peu.

À écouter également dans ce journal

À lire aussi

Musique - Le groupe suédois ABBA signe son grand retour, après 40 ans d'absence. Les quatre septuagénaires publient aujourd'hui leur nouvel album, Voyage.

Faits divers - Habillés en jaune et noir, le collectif de rappeurs lyonnais des Daltons continue de semer la pagaille dans la ville. Deux d'entre eux ont envahi la pelouse du Groupama Stadium en plein match jeudi soir.

Coronavirus - Le Pr Raoult est convoqué ce vendredi devant l'Ordre des médecins, qui lui reproche près d'une dizaine d'entorses au code de déontologie.

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/