2 min de lecture Violences

Les infos de 6h - Producteur tabassé : un syndicat de police se dit "outré et scandalisé"

Un seul mot après le passage à tabac d'un producteur de musique à Paris, par des policiers : l'indignation. Pour Yves Lefevre, secrétaire général du syndicat Unité SGP-FO "c'est inexplicable, ça n'a pas lieu d'être dans nos rangs".

journal switch Le journal RTL La rédaction de RTL iTunes RSS
>
Les infos de 6h - Producteur tabassé : un syndicat de police se dit "outré et scandalisé" Crédit Image : ERIC FEFERBERG / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Anne Le Henaff
Anne Le Henaff édité par Marie Gingault

Après la vidéo choc et l'indignation générale qu'elle a suscitée, le ministre de l'Intérieur a tenté de répondre hier soir. Gérald Darmanin a annoncé la suspension, et bientôt la révocation des quatre policiers mis en cause dans le passage à tabac d'un producteur de musique samedi dernier à Paris.

Le ministre de l'Intérieur estime que ces agents "ont sali l'uniforme de la République". Les quatre policiers ont déjà été suspendus aujourd'hui à titre conservatoire dans cette affaire alors que les images de vidéosurveillance ont été largement relayées sur les réseaux sociaux. Une affaire qui a suscité une condamnation unanime, y compris dans les rangs de la police, comme en témoigne Yves Lefevre, secrétaire général du syndicat Unité SGP-FO : "Ce qu'il s'est passé dans le XVIIe arrondissement, ce n'est pas la police nationale. Ce n'est pas ça la police nationale. J'étais outré, j'étais scandalisé, je me suis dit 'c'est pas possible'", témoigne-t-il. 

"C'est pas possible parce que la genèse de tout c'est quoi ? C'est un défaut de port de masque. On est dans du contraventionnel. Pourquoi un tel déferlement de violence ? Pourquoi ? C'est inexplicable, ça n'a pas lieu d'être dans nos rangs. On ne peut pas accepter de tels agissements", condamne le secrétaire général du SGP-FO.

Un déchaînement de violence, 17 minutes implacables et quatre policiers mis en cause qui ont tenté de maquiller l'intervention, en falsifiant un PV, en inventant une version, que viennent balayer les images de vidéo-surveillance. Hier soir, plusieurs personnalités ont réagis, des sportifs notamment, des footballeurs : "J'ai mal à ma France", a réagi sur le réseau social Twitter le champion du monde Antoine Griezmann.

À écouter également dans ce journal :

À lire aussi
faits divers
Rhône : il soupçonne sa femme d'infidélité et sort un fusil

États-Unis - C'est un pas supplémentaire vers la reconnaissance de sa défaite. Donald Trump s'est dit, cette nuit, prêt à quitter la Maison Blanche si la victoire de Joe Biden était validée par le vote des grands électeurs, ce qui ne semble faire aucun doute. 
Diego Maradona - En Argentine, la journée d'hommage à Maradona a été à la hauteur des passions que pouvait susciter l'icône du football. Des dizaines de milliers de personnes ont dû patienter de longues heures hier pour se recueillir devant la dépouille. Plus tard, des incidents ont éclaté

Futuroscope - Les parcs d'attractions devront rester fermés pendant la période des fêtes, un coup dur alors que la vente des billets avait déjà démarré. Au Futuroscope, près de Poitiers, on tente malgré tout de rester positif en regardant déjà vers 2021.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Violences Police Syndicats
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants