1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Les infos de 6h - Procès du 13 novembre : comment la police belge est passée à côté de la radicalisation d'Abdeslam
2 min de lecture

Les infos de 6h - Procès du 13 novembre : comment la police belge est passée à côté de la radicalisation d'Abdeslam

L'enquêteur belge qui a auditionné Salah Abdeslam avant les attentats a dû répondre aux nombreuses questions des avocats mardi, qui lui reprochent de pas avoir décelé de signes de radicalisation.

Salah Abdeslam lors de son audience, le 28 septembre 2021
Salah Abdeslam lors de son audience, le 28 septembre 2021
Crédit : Benoit PEYRUCQ / AFP
Les infos de 6h - Procès du 13 novembre : comment les Belges sont passés à côté d'Abdeslam ?
08:34
Le journal RTL de 6h du 08 décembre 2021
08:34
Cindy Hubert - édité par Nicolas Barreiro

Il a passé une très mauvaise journée mardi au procès des attentats du 13 novembre. L'enquêteur belge qui a vu et auditionné Salah Abdeslam quelques mois avant les attentats a tenté de se défendre en expliquant qu'il n'y avait pas moyen de percevoir sa radicalisation. Pourtant, beaucoup de signaux inquiétants semblaient visibles.


Les avocats des parties civiles n'ont laissé aucun répit à l'enquêteur. "On est d'accord que Salah Abdeslam s'est moqué de vous ? Vous le convoquez parce que vous avez appris qu'il comptait partir en Syrie, on est en février 2015, et là il vous dit 'Ah non non, jamais', et ça vous suffit ? Vous pensez qu'un jihadiste va vous dire 'Bonjour, je vais rejoindre Daesh ?'". Le policer bredouille : "Nous n'avions pas d'élément concret". L'avocat s'énerve alors, "Mais vous ne cherchez pas ! Le téléphone, Facebook, on ne regarde rien ?".

Sa proximité avec Abdelhamid Abaaoud, qui était l'un des terroristes les plus recherchés du continent à l'époque, était déjà connue. "Salah Abdeslam vous dit que c'est un chouette gars et il ressort libre ?", lui a-t-on lancé.

L'enquêteur persiste et répète qu'il ne s'agissait pas d'une infraction et qu'il n'y avait rien pour l'arrêter mais voilà que la défense s'y met aussi. L'avocate de Salah Abdeslam s'étonne que le café des Béguines, tenu par Brahim et Salah, n'ait été perquisitionné qu'en juin 2016. Aucune photo de la cave, là où étaient visionnées des vidéos sanglantes. Bilan de la perquisition : 31 fourchettes saisies dans un tiroir.

À écouter également dans ce journal

À écouter aussi

Bronchiolite - L'hôpital de la Timone à Marseille tire la sonnette d'alarme au sujet de cette maladie. Le service de réanimation pédiatrique est débordé, la moitié des lits est occupée par des cas de bronchiolite.

Immeuble effondré à Salary-sur-Mer - Une deuxième victime a été retrouvée ce mercredi dans le Var. L'effondrement du bâtiment de trois étages avait déjà fait un mort, un jeune père de famille de 31 ans.

Coronavirus - La campagne de vaccination bat son plein en France. Environ 540.000 personnes se sont fait vacciner mardi 7 décembre en France, un chiffre record lié au vaccin Moderna.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/