2 min de lecture Faits divers

Les infos de 18h - Nîmes : un "massacre" évité de justesse à la cour d'appel

Un homme lourdement armé qui, semble-t-il, cherchait le bureau des magistrats, a mis fin à ses jours dans le hall du tribunal.

journal switch Le journal RTL La rédaction de RTL iTunes RSS
>
Les infos de 18h - Nîmes : un "massacre" évité de justesse à la cour d'appel Crédit Image : Pascal GUYOT / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Générique 1
Hugo Amelin et Jérémy Billault

Le pire a été évité. Ce vendredi 12 juin, aux alentours de 8h20, un homme armé est entré par une porte secondaire à l'intérieur de la cour d'appel de Nîmes et a mis fin à ses jours, par balles. L'homme est monté vers les services de la cour d'appel où il a discuté avec plusieurs fonctionnaires avant de redescendre et de se donner la mort.

À la recherche du bureau des magistrats, l'homme de 42 ans, en pleine procédure judiciaire, aurait fini par renoncer au massacre pour lequel il semblait être entré. "Je suis tombé nez-à-nez avec un individu muni d'une arme type fusil à pompe et d'une cartouchière plus que remplie à la ceinture, explique Arnaud Lemoine, avocat présent au moment des faits. J'ai d'abord cru que c'était un policier".

"Il semblerait qu'il cherchait le bureau des magistrats", confirme le témoin. Une greffière aurait alors réussi à le dissuader. "Elle lui aurait dit que les magistrats ne travaillent pas le vendredi et il est redescendu vers la salle des pas perdus où il a mis fin à ses jours."

À écouter également dans ce journal

Emmanuel Macron - Le chef de l'État a réuni ce vendredi le Conseil scientifique avant de présider un Conseil de défense afin de faire le point sur la situation sanitaire, deux jours avant son allocation dimanche. Il se rendra ensuite à Londres jeudi afin de célébrer l'anniversaire de l'appel du 18 juin.

Adama Traoré - La famille du jeune homme mort en 2016 après son interpellation souhaite que soit prise en compte l'hypothèse de la vengeance de l'un des trois gendarmes mis en cause, qui aurait admis avoir déjà interpellé plusieurs fois la victime.

Peugeot - À Hordain, près de Valenciennes, PSA annonce l'arrivée de salariés polonais pour une mission de trois mois, privilégiant ainsi les salariés du groupe aux intérimaires de la région. Pris en charge et hébergés par le groupe, ces salariés polonais connaissent en ce moment une baisse d'activité sur leur site d'origine.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Faits divers Nîmes Suicide
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants