2 min de lecture Justice

L'anesthésiste de Besançon a-t-il violé son contrôle judiciaire ?

Un avocat des parties civiles affirme que le Dr Frédéric Péchier, mis en examen pour l’empoisonnement de 24 patients, n’a pas respecté son contrôle judiciaire.

Frédéric Péchier, le 29 mars 2017
Frédéric Péchier, le 29 mars 2017 Crédit : SEBASTIEN BOZON / AFP
micro générique
La rédaction de RTL et Claire Gaveau

L'un des avocats des parties civiles monte au front. Me Frédéric Berna, qui représente plusieurs victimes dans l'affaire de l'anesthésiste de Besançon, a dénoncé la violation du contrôle judiciaire du docteur Frédéric Péchier, mis en examen pour 24 empoisonnements de patients

Déjà mis en examen pour sept cas d’empoisonnement en mars 2017, l'anesthésiste du Doubs devait respecter un certain nombre de contraintes. "On a la preuve, par les écoutes téléphoniques, que le Dr Péchier a violé son contrôle judiciaire, en prenant contact, par l’intermédiaire de son épouse, avec des médecins de la clinique Saint-Vincent. Il le faisait pour obtenir des informations, évoquer les perquisitions, les expertises, obtenir de l’influence sur les témoignages du personnel de la clinique", explique le bâtonnier dans les colonnes de L'Est Républicain dimanche 9 juin. 

"Nous avons, grâce à ces éléments, acquis la certitude de ce que nous avons dénoncé dès le départ", poursuit Frédéric Berna au micro de RTL, évoquant notamment la sortie de matériel médical et l'entrée en contact avec des témoins. "C'est sa situation de liberté qui le lui permet (...) Le fait de ne pas respecter les obligations d'un contrôle judiciaire doit conduire à une mesure de détention provisoire", conclut-il. 

S'il avait violé son contrôle judiciaire, il serait déjà incarcéré

Me Randall Schwerdorffer
Partager la citation

Des accusations qui ne tiennent pas pour Me Randall Schwerdorffer, l'avocat de Frédéric Péchier. "S'il avait violé son contrôle judiciaire, il serait déjà incarcéré, assure-t-il au micro de RTL. On parle d'écoutes qui ont de très nombreux mois, voire plusieurs années". 

À lire aussi
Les époux Balkany lors du conseil municipal de Levallois-Perret, le 15 avril 2019. justice
Affaire Balkany : après la fraude, la corruption, épilogue du procès ce vendredi

Ce dernier assure notamment que ces questions ont déjà été évoquées lors de l'audience du juge des libertés et de la détention. "On agite quelque chose comme si on venait de le découvrir, alors que c'est connu de tous, en vue d'influencer l'issue de l'audience de la chambre d'instruction de mercredi", déplore-t-il. 

Mis en examen le 16 mai dernier pour 17 nouveaux cas présumés d’empoisonnement sur personne vulnérable, Frédéric Péchier avait été laissé libre sous contrôle judiciaire. Le parquet de Besançon avait aussitôt fait appel. La chambre de l’instruction réexaminera ainsi la situation mercredi 12 juin

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Justice Besançon Empoisonnement
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants