3 min de lecture Justice

Keith Raniere, le gourou américain de NXIVM, condamné à 120 ans de prison

Keith Raniere a été condamné le 27 octobre dernier à 120 ans de prison. Il était accusé d'avoir contraint des femmes à avoir des rapports sexuels avec lui et mis en place un réseau d'esclaves sexuelles.

Keith Raniere dans un entretien pour NBC News
Keith Raniere dans un entretien pour NBC News Crédit : capture d'écran YouTube
Capucine Trollion
Capucine Trollion
et AFP

C'est la fin d'une longue procédure contre Keith Raniere. Cet homme de 60 ans, connu sous le nom de Vanguard, était le fondateur de la secte NXIVM (prononcée Nexium), basée dans l'État de New York et qui lui servait, entre autres, à entretenir un réseau d'esclaves sexuelles.

La sentence est tombée le 27 octobre dernier, après cinq heures d'audience comme le rapportent de nombreux médias américains. Keith Raniere est condamné à 120 ans de prison, soit la perpétuité. 15 victimes ont témoigné contre l'ancien gourou américain, dont une victime identifiée comme "Camila" qui a révélé avoir été contrainte d'avoir eu des rapports sexuels avec Keith Raniere dès l'âge de 15 ans.

"J'étais une enfant (...), il m'a volé ma jeunesse (...) Il m'a manipulée pour son propre plaisir (...) Il attendait de moi que je sois disponible sexuellement tout le temps", a expliqué la victime désormais âgée de 30 ans et qui avait d'abord refusé de témoigner lors du premier procès en juin 2019. À cette époque, Keith Raniere avait été reconnu coupable des sept chefs d'accusation retenus contre lui, dont l'exploitation sexuelle d'une adolescente de 15 ans, extorsion et association de malfaiteurs.

Un maître de la manipulation qui recrutait à hauts niveaux

En 1998, Keith Raniere fonde l'association NXIVM qui dispense des formations de développement personnel moyennant une certaine somme. Personnage charismatique, il a alors sous sa coupe une vingtaine de jeunes femmes avec qui il a des rapports sexuels quand il le désire. En 2015, il fonde une autre organisation, DOS, qui lui permet de recruter ses esclaves sexuelles. Les "esclaves", toutes des femmes, étaient notamment obligées d'avoir des rapports sexuels à la discrétion du "Grandmaster", un autre de ses surnoms. Certaines devaient subir un "marquage", qui consistait à tracer sur la peau des lettres, souvent les initiales de Keith Raniere, à l'aide d'un stylo à cautériser, qui brûlait les chairs.

À lire aussi
Une cour d'assises (illustration) faits divers
Pays basque : 30 et 20 ans de prison requis pour un double parricide

Les victimes étaient recrutées par d'autres femmes. Cinq ont été co-accusé ont toutes plaidé coupables pour éviter le procès. Parmi elles, l'actrice Allison Mack de la série Smallville, qui attend de connaître sa peine, tout comme Nancy Salzman, la cofondatrice de NXIVM. Quant à Clare Bronfman, héritière de l'empire canadien des spiritueux Seagram et grande argentière de Nxivm avec sa soeur Sara, elle a été condamnée fin septembre à plus de six ans de prison.

Catherine Oxenberg, actrice de la série Dynastie, a livré une bataille pendant trois ans et demi contre Keith Raniere puisque sa fille, India Oxenberg, avait été recrutée dans la secte et endoctrinée. Elle avait d'ailleurs témoigné lors de l'audience du 27 octobre dernier, mais en demandant à sa mère de ne pas l'accompagner. "J'étais incroyablement fière d'elle parce que ça demande énormément aux victimes de faire face à leurs agresseurs", explique Catherine Oxenber dans les colonnes de The Hollywood Reporter.

Il ne montre "aucun remord"

Keith Raniere a expliqué dans une lettre lue pendant l'audience, il clamait son innocence et se disait "fier de l’œuvre de sa vie". Il avait refusé d'exprimer des regrets et affirmé n'avoir "jamais fait intentionnellement de mal à quiconque".

Il affirmait aussi que toutes les relations sexuelles avec des membres de la secte étaient consenties et que les victimes appelées à la barre mentaient. "Je ne voulais pas causer cette douleur", mais "je n'ai pas de remords pour les chefs d'inculpation, ils ne sont pas justes", avait-il expliqué. Le procureur fédéral avait demandé la prison à perpétuité, affirmant qu'au-delà de la gravité des faits, il "ne (montrait) aucune empathie pour ses victimes" et "continuerait à commettre des crimes s'il était libéré". La défense espérait elle une peine limitée à 15 ans.

"Les 120 ans imposés sont à la mesure des horribles crimes qu'il a commis", a indiqué le procureur Seth DuCharme après l'audience. "J'espère que la sentence permettra aux victimes et leur famille de tourner la page".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Justice Faits divers États-Unis
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants