1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Justice : Éric Zemmour relaxé après ses propos anti-islam et anti-immigration
2 min de lecture

Justice : Éric Zemmour relaxé après ses propos anti-islam et anti-immigration

Ce mercredi 8 septembre, la cour d'appel de Paris a relaxé le polémiste Éric Zemmour, qui était poursuivi pour injure et provocation à la haine après des propos tenus en 2019.

Éric Zemmour
Éric Zemmour
Crédit : JOEL SAGET / AFP
Justice : Éric Zemmour relaxé après ses propos anti-islam et anti-immigration
01:20
Benjamin Sportouch & AFP - édité par Julien Vattaire

Une journée décisive sur le plan judiciaire pour Éric Zemmour. Ce mercredi 8 septembre, une décision en appel à Paris était attendue. Le polémiste était jugé pour injure et provocation à la haine raciale après un discours prononcé en septembre 2019 sur l'islam et l'immigration à la tribune d'un rassemblement politique baptisé "Convention de la droite". 

Éric Zemmour a finalement été relaxé en appel pour ces propos anti-islam et anti-immigration dans lesquels il avait notamment fustigé des immigrés "colonisateurs" et une "islamisation de la rue". Les motivations de l'arrêt de la cour d'appel à rendre cette décision ne sont pas encore disponibles publiquement, observe l'AFP. Pour rappel, en première instance, le polémiste de 63 ans avait été condamné à 10.000 euros d'amende.

Ce mercredi 8 septembre, Éric Zemmour est par ailleurs cité à comparaître pour des propos sur les migrants mineurs prononcés en 2020 sur CNews. Lors de son émission "Face à l'info" consacrée à la question des mineurs isolés après un attentat devant les ex-locaux de Charlie Hebdo, le polémiste avait jugé qu'ils étaient tous "voleurs, assassins violeurs". "C'est tout ce qu'ils sont, il faut les renvoyer et il ne faut même pas qu'ils viennent", avait-il ajouté. 

Éric Zemmour veut éviter une peine d'inéligibilité

Selon les informations de RTL, le polémiste ne sera pas présent à l'audience et son avocat veut en demander le report après l'élection présidentielle de 2022. Rien ne dit qu’il l’obtiendra mais c’est un signe de plus de son ambition électorale. Et, il a un objectif judiciaire d'ici là : ne surtout pas être condamné à une peine d'inéligibilité, demandée par nombreuses parties civiles. 

À lire aussi

C'est possible et l'Élysée ne serait alors qu'un vieux souvenir pour Éric Zemmour. Jusque-là, il y a échappé puisqu'aucune de ses deux condamnations, l'une pour discrimination raciale, l'autre pour provocation à la haine envers les musulmans, ne pèsent sur une éventuelle candidature

Selon des proches, Éric Zemmour s'est souvent agacé de ses convocations régulières devant la justice mais ça ne l'empêchait en rien d'exercer son métier de journaliste. Ça nourrit également sa critique d'un pouvoir excessif des magistrats. Il peut même en tirer un bénéfice politique en expliquant qu'on l'empêche de parler, que c'est un délit d'opinion. 

Ce serait donc "un mal nécessaire" en quelque sorte, comme le résume l'un de ses amis. Mais, là c'est une autre paire de manche : si jamais la justice l'empêche de se présenter, alors cette attitude de "martyr des juges" ne lui serait plus très utile dans les urnes en tout cas.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/