2 min de lecture Justice

La veuve d’un urgentiste mort du Covid-19 porte plainte pour homicide involontaire

TÉMOIGNAGE - Claire Loupiac, dont le mari médecin urgentiste est décédé après avoir été infecté par le coronavirus, a déposé plainte contre X ce lundi 3 août. "C'est une injustice, mon mari n'aurait pas dû mourir dans ces conditions", s'insurge-t-elle.

>
La veuve d'un urgentiste mort du Covid-19 porte plainte pour homicide involontaire Crédit Image : Capture d'écran Google Streetview. | Crédit Média : Bertrand Frachon / RTL | Date :
Bertrand FRACHON édité par Sarah Ugolini

Claire, veuve d'un médecin urgentiste, mène un véritable combat. Elle réclame aujourd'hui des sanctions et estime que son mari Éric Loupiac n'a pas été suffisamment protégé pendant la crise du coronavirus, voire même que l'hôpital a manqué à ses obligations avec des pénuries de masques et de gants notamment. 

Il est décédé à l'hôpital de Lons-le-Saunier, dans le Jura, le 23 avril dernier à l'âge de 60 ans. Selon sa femme Claire, il aurait été contaminé pendant sa garde au service des urgences. Une plainte contre X vient d'être déposée pour homicide involontaire"Je porte plainte pour que toutes les personnes coupables de ces erreurs et négligences soient retrouvées et que ces personnes s'expliquent", assure-t-elle au micro de RTL.

"Je veux savoir pourquoi les recommandations préventives que mon mari faisait auprès de la direction de l'hôpital et de l'ARS n'ont pas été respectées", ajoute Claire Loupiac. Elle assure qu'il avait "très peu de masques FFP2 et uniquement pour les actes de prélèvement, sinon il y avait des masques chirurgicaux à disposition, mais les malades n'avaient pas de masques chirurgicaux lorsqu'ils n'étaient pas considérés comme suspects". Selon elle, "c'est comme ça que les malades et les médecins se contaminaient entre eux". 

C'est une injustice, mon mari n'aurait pas dû mourir dans ces conditions

Claire Loupiac, veuve d'un médecin urgentiste décédé du coronavirus.
Partager la citation

Claire Loupiac cible "l'hôpital, l'ARS, les autorités sanitaires". "C'est très large", assure-t-elle. "C'est une injustice, mon mari n'aurait pas dû mourir dans ces conditions", s'indigne sa veuve. Elle ajoute qu'"il était en pleine santé, en pleine forme sportive, à peine 60 ans". "Ce n'est pas normal qu'il soit mort dans l’exercice de ses fonctions à l'hôpital en tant qu'urgentiste. C'est très difficile, c'est un vrai cauchemar que je vis", se désole son épouse. 

À lire aussi
Covid-19 à Paris : les motards n'auront plus à porter le masque Coronavirus France
Covid-19 à Paris : les motards n'auront plus à porter le masque

La femme de l'urgentiste décédé du coronavirus explique que son mari "avait fait ses recommandations une semaine avant qu'il soit contaminé" pour elle et ses enfants. Elle assure qu'"il savait que l'hôpital n'était pas prêt". "Il avait dit tout ce qu'il fallait faire pour faire face à la catastrophe et la direction ne l'a pas écouté", conclut avec amertume Claire Loupiac. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Justice Coronavirus Urgences
Restez informé